Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Samedi 21 avril 2018
Suivez-nous sur :

Un Faubourg à saveur écoresponsable !

album photo

La construction du Faubourg Cousineau à Longueuil s’étale sur 8 ans et pourtant, les composantes du processus de certification LEED ont été intégrées dès le début du projet. Voyons quels motifs ont amené les principaux intervenants à se lancer dans cette aventure.

Entrevue avec M. Richard Lussier, entrepreneur général chez les Habitations Lussier, M. Danny Cleary, promoteur du projet et M. Sylvain Mercier, représentant des ventes.

Le projet vise la certification LEED de ses unités d’habitations. Pourriez-vous nous expliquer quelle est la valeur ajoutée de cette certification du point de vue du promoteur et de l’entrepreneur ?

« Tout d’abord, mentionnons que le projet du Faubourg se décline en 2 phases, la première vise la certification LEED pour l’aménagement des quartiers et la deuxième vise la certification LEED pour nouvelles habitations niveau « argent » pour 100 % de ses unités d’habitations (ce qui représente approximativement 600 unités). Selon moi, les avantages pour l’entrepreneur et le promoteur de projets LEED, c’est de se différencier des autres sur le marché de la construction et de se présenter comme des compagnies avant-gardistes », a souligné M. Richard Lussier.

Quels motifs vous ont encouragés à vouloir la certification LEED pour nouvelles habitations pour votre projet ?

« Comme mon collègue le mentionne, évidemment que c’est une belle opportunité de différenciation puisque le projet du Faubourg est le plus important projet de construction résidentiel en voie de certification LEED au Québec. Mais au-delà de cela, je vous dirais que 15 à 20 % de nos clients viennent vers nous à cause des composantes rattachées au processus LEED, et de plus, nous sommes fiers de la renommée que cela apporte à notre entreprise ! », a indiqué M. Danny Cleary.

En tant qu’habitué de la norme Novoclimat 2.0, quelles sont les principales différences entre ces deux étiquettes de la construction durable ?

« Il faut surtout savoir que Novoclimat se penche sur l’efficacité énergétique tandis que LEED inclus des mesures d’efficacité énergétique, mais c’est aussi la durabilité du bâtiment qui est mise de l’avant. En ce sens, la certification LEED encourage davantage une vision à long terme », a dit M. Lussier.

Selon vous, quels sont les efforts supplémentaires à déployer par rapport à la livraison de bâtiments homologués Novoclimat 2.0 ?

« Les efforts ne sont pas très grands une fois que les gens sur le chantier ont bien compris comment fonctionner avec ce type de projet. Et pour ma part, cela n’a pas été la partie le plus difficile, surtout qu’aujourd’hui nous avons déjà quelques projets Novoclimat derrière la cravate. En plus, la phase 1 du Faubourg nous a permis de bien nous adapter, je vous dirais qu’actuellement ça se fait presque tout seul ! Le principal défi selon moi, que ce soit pour des projets Novoclimat ou LEED, c’est d’intégrer les audits des intervenants externes à notre calendrier de projets et ensuite de coordonner le tout avec les autres quarts de métiers afin que chaque tâche s’effectue au bon moment », a précisé M. Lussier.

Toujours selon vous, quel est le surcoût associé à l’obtention de la certification LEED pour nouvelles habitations par rapport à un projet similaire conventionnel ?

« Je n’ai pas fait mes calculs exacts, mais j’estime que le surcoût du projet associé à la certification LEED sera d’environ 2-3 % par rapport aux coûts totaux. En fait, depuis que le Code du bâtiment a été revu à la hausse je suis en mesure de vous affirmer que cela réduit l’écart par rapport aux projets conventionnels. Par exemple, avant l’intégration de la partie 11 au Code de construction en 2012, j’estime que le surcoût aurait plutôt été de l’ordre de 5 %. Donc, c’est un créneau qui offre de plus en plus de possibilités », a ajouté M. Lussier.

Si l’on se réfère au plan métropolitain d’aménagement et de développement pour le Grand Montréal, en quoi le projet s’inscrit-il dans le respect de la trame verte et bleue ?

« Nous avons bien pris connaissance de la trame et nous sommes en respect total avec tout ce qui est dans le PMAD. Nous avons intégré les ratios de densité permis et la proximité avec les services de transport en commun par exemple », a indiqué M. Cleary.

article-cousineau

Quelles sont les caractéristiques écoresponsables de ce projet dont vous êtes particulièrement fiers ? Quelles sont les caractéristiques qui vous sont apparues comme le plus grand défi à réaliser ? Quelles ont été les plus faciles ?

« Les caractéristiques écoresponsables dont je suis le plus fier sont en quelque sort celles auxquelles je n’aurais pas pensé, mais qui sont en réalité très simple ! Par exemple, la plantation d’arbres indigènes qui nécessite une faible consommation en eau et qui fourniront de l’ombrage sur les trottoirs ainsi que la régulation de la force lumineuse des lampadaires dans les stationnements après minuit m’est apparue si simple et en même temps très sensée.

Je dois aussi vous dire que nous n’avons pas été confrontés à de grands défis, mais que nous avons plutôt dû composer avec des inquiétudes, surtout en ce qui a trait aux matériaux que nous ne connaissions pas. Par exemple, pour ma part, l’utilisation du gypse lite, de peintures à faible teneur en COV m’étaient inhabituels et au départ je n’étais pas certain qu’ils feraient la job, j’avais peur que les joints de mes murs sortent ou que la peinture ne cache pas convenablement. Finalement, tout s’est bien passé, mais on a dû jouer en terrain inconnu à certains moments », a raconté M. Lussier.

Finalement, le Faubourg Cousineau vise la certification LEED pour l’aménagement des quartiers, aimeriez-vous nous en dire davantage sur les mesures que vous avez mis en place ?

« Nous avons mis en place une foule de petits gestes tels que des stationnements réservés pour vélos et pour les services d’auto partage et des bornes de recharge publiques pour les véhicules électriques. Somme toute, nous sommes très satisfaits des démarches que nous avons entreprises, ont conclu les trois hommes.

« Maintenant en fait, la phase 2 se fait presque toute seule grâce aux efforts déployés dans la phase 1. » Richard Lussier
« De 15 à 20 % de nos clients achètent nos habitations à cause de la certification LEED, principalement les 45 ans et moins. » Danny Cleary.

Coup d’œil sur le Faubourg Cousineau

Emplacement : arrondissement Saint-Hubert à Longueuil, à l’angle de l’autoroute 30 et du Faubourg Cousineau.
Types d’habitations : condos, jumelés, maisons unifamiliales.
Nombre d’unités habitations : environ 3000 unités pour le projet LEED pour quartiers et 1040 unités pour la certification LEED pour habitations.
Services de proximité : école, quartierDix30, épicerie, restaurants, gym, etc.
Aire protégée : au moins 10 % de la superficie totale du projet.

Pour en savoir davantage sur les caractéristiques écoresponsables du projet, cliquez ici

À lire aussi