Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Mercredi 28 juin 2017
Suivez-nous sur :

Murs, poteaux et arcs porteurs

Robert Périnet
Robert Périnet
Chroniqueur Habitation

La section 9.10. Protection contre l’incendie du Code de construction, Chapitre 1 – Bâtiment - 2005 présente les exigences concernant les degrés de résistance au feu des différents éléments d’un bâtiment. Elle traite plus précisément des exigences en ce qui concerne les murs, les poteaux et les arcs porteurs.

Résistance au feu des murs, poteaux et arcs porteurs

Les murs, poteaux et arcs porteurs situés immédiatement audessous d’un plancher ou d’un toit doivent avoir un degré de résistance au feu au moins égal à celui qui est exigé pour le plancher ou le toit qu’ils supportent.

Généralement, dans un bâtiment de 3 étages et de 6 logements, que nous utiliserons comme exemple, les planchers doivent avoir un degré de résistance au feu de 45 minutes.

Les murs extérieurs qui ceinturent le rez-de-chaussée et le deuxième étage doivent donc avoir un degré de résistance au feu de 45 minutes tout comme les planchers. Selon le tableau 9.10.8.1. Degré de résistance au feu des éléments et ensembles structuraux, les toits n’ont pas de degré exigé de résistance au feu.

article-murs-poteaux1

Si une partie d’un toit comporte un usage, cette partie doit être construite comme une séparation coupe-feu ayant le degré de résistance au feu pour les planchers. Ainsi, selon notre exemple, les murs extérieurs du troisième étage, qui comporte une terrasse au toit, doivent avoir un degré de résistance au feu de 45 minutes.

De plus, la séparation coupe-feu de la cage d’escalier doit obligatoirement se prolonger jusqu’au pontage du toit au travers du vide de construction sous la toiture.

La séparation coupe-feu verticale entre les logements doit également se prolonger dans le vide de construction sous toit jusqu’au pontage du toit, à moins que le toit ne soit isolé par un ensemble formant une séparation coupe-feu et ayant un degré de résistance au feu au moins égal à celui exigé pour la séparation coupe-feu verticale.

Toutefois, si le degré de résistance au feu exigé pour la séparation coupe-feu verticale est d’au plus 45 minutes, il est permis de réduire le degré de résistance au feu du plafond à 30 minutes. Donc, dans notre exemple, si la séparation coupefeu entre deux logements ne se prolonge pas dans le vide de construction sous toit, c’est le plafond qui doit avoir un degré de résistance au feu de 30 minutes. Cette résistance au feu ne peut être assurée que par une plaque de plâtre de 15,9 mm de type X pour obtenir 30 minutes de résistance au feu tel qu’il apparaît à l’annexe D-2.3.12.

Les murs extérieurs du troisième étage doivent, dans ce cas, avoir un degré de résistance au feu de 30 minutes tout comme celui du toit qu’ils supportent.

article-murs-poteaux2

Selon l’annexe D-2.3.4., afi n d’obtenir 45 minutes de résistance au feu, un mur extérieur doit être recouvert d’un panneau de gypse de type X de 12,7 mm.

Si un mur extérieur était recouvert d’un panneau de gypse de type X de 15,9 mm, cela permettrait d’obtenir un degré de résistance au feu de 60 minutes, ce qui est le temps requis dans le cas d’un logement situé dans un bâtiment d’au moins 2 étages, sous-sol inclus, qui doit être isolé du reste du bâtiment par une séparation coupe-feu.

Tableau 9.10.8.1.

Degré de résistance au feu des éléments et ensembles structuraux
Faisant partie intégrante du paragraphe 9.10.8.1. 1)
 Usage principal  Hauteur de bâtiment maximale, EN ÉTAGES  Degré de résistance au feu minimal des éléments du bâtiment, EN MINUTES
 Planchers,sauf ceux au-dessus de vides sanitaires  Planchers de mezzanines Toits 
Habitations (Groupe C)  3 45  45  -
 Tous les autres usages  2
 3
 45
 45
 -
45
 -
45

Tableau D-2.3.4.A.

Contribution des parois d’un mur de la face exposée au feu
Type de paroi Temps, EN MINUTES
Contreplaqué de sapin de Douglas de 11 mm collé à la résine phénolique 10¹
Contreplaqué de sapin de Douglas de 14 mm collé à la résine phénolique 15¹
Plaque de plâtre de type X de 12,7 mm d’épaisseur 25
Plaque de plâtre de type X de 15,9 mm d’épaisseur 40
Deux plaques de plâtre de type X de 12,7 mm d’épaisseur 80²
  1. Murs non-porteurs seulement, vides entre poteaux remplis d’isolant en fi bres minérales conformes à la norme CAN/ULC-S702, « Isolant thermique de fi bres minérales pour bâtiments », ayant une masse surfacique d’au moins 2 kg/m2 sans résistance au feu supplémentaire pour l’isolant, selon le tableau D-2.3.4.D.
  2. Cette valeur ne s’applique qu’aux murs à ossature d’acier non-porteurs.

Tableau D-2.3.4.C.

Contribution de l’ossature en bois ou en acier de faible épaisseur
Type d’ossature Temps, EN MINUTES
Poteaux de bois,au plus 400 mm entre axes 20
Poteaux de bois,au plus 600 mm entre axes 15
Poteaux de tôle d’acier,au plus 400 mm entre axes 10
Solives de bois pour planchers et toits, au plus 400 mm entre axes 10
Solives d’acier à âme ajourée pour planchers et toits et supports de plafonds, au plus 400 mm entre axes 10
Fermes de toit et poutres de plancher triangulées, en bois, au plus 600 mm entre axes 5 5

Tableau D-2.3.4.D.

Contribution d’autres éléments protecteurs
Autres éléments protecteurs Contribution, EN MINUTES
Ajouter au degré de résistance au feu des murs à poteaux de bois revêtus de plaques de plâtre ou d’un enduit sur lattis si les vides entre les poteaux sont remplis d’un isolant préformé en fi bres de roche ou de laitier conforme à la norme CAN/ULC-S702, « Isolant thermique de fi bres minérales pour bâtiments », dont la masse surfacique minimale est de 1,22 kg/m2 ¹. 15
Ajouter au degré de résistance au feu des murs non-porteurs à poteaux de bois revêtus de plaques de plâtre ou d’un enduit sur lattis si les vides entre les poteaux sont remplis d’un isolant préformé en fi bres de verre conforme à la norme CAN/ULC-S702, « Isolant thermique de fi bres minérales pour bâtiments », dont la masse surfacique minimale est de 0,6 kg/m2. 5
Ajouter au degré de résistance au feu d’un enduit sur plafond en lattis en plâtre si un treillis métallique en
fi l de 0,76 mm de diamètre à mailles de 25 × 25 mm, ou une armature en diagonale de fi ls de 1,57 mm de diamètre à 250 mm entre axes est placée entre le lattis et l’enduit.
30
Ajouter au degré de résistance au feu d’un enduit sur plafond en lattis en plâtre si les joints du lattis sont recouverts de bandes métalliques de 76 mm de largeur entre le lattis et l’enduit. 10
Ajouter au degré de résistance au feu d’un enduit sur plafond en lattis en plâtre de 9,5 mm d’épaisseur (tableau D-2.3.4.B.) si les supports du lattis sont espacés de 300 mm entre axes. 10
  1. Aucune donnée d’essai ne justifi e qu’une résistance au feu supplémentaire de 15 min soit attribuée à l’isolant préformé en fi bres de verre.

Tableau D-2.3.12.

Degré de résistance au feu des parois de faux-plafonds
Description des parois Degré de résistance au feu, EN MINUTES
1 plaque de plâtre de type X de 15,9 mm avec matelas d’isolant en laine minérale d’au moins 75 mm
d’épaisseur placé au-dessus
30
Enduit de plâtre et de sable de 19 mm sur lattis métallique 30
2 panneaux de contreplaqué de sapin de Douglas de 14 mm collés à la résine phénolique 30
2 plaques de plâtre de type X de 12,7 mm 45
Enduit de plâtre et de sable de 25 mm sur lattis métallique 45
2 plaques de plâtre de type X de 15,9 mm 60
Enduit de plâtre et de sable de 32 mm sur lattis métallique 60

À lire aussi