Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Mardi 23 janvier 2018
Suivez-nous sur :

Le bâtiment intelligent, une tendance bien réelle

Joseph Faye
Joseph Faye
Chroniqueur Développement durable

Aujourd’hui, force est de constater que les technologies ont drastiquement diversifié les possibilités en matière de communication ou d’accès à l’information. La tendance de la société à se préoccuper de la réduction de son empreinte environnementale est également frappante, que ce soit à travers la consommation de produits ou à l’égard des modes de transport. Ces deux paramètres, transposés au domaine du bâtiment, nous amènent à évoquer le concept de bâtiment intelligent, qui a de plus en plus sa place dans le monde de la construction.

J’ai eu la chance d’assister à un panel sur les bâtiments intelligents lors de l’événement Batimatech qui s’est tenu le 19 septembre dernier. Ce panel a réuni un entrepreneur en construction, un donneur d’ouvrage et un développeur immobilier.

Les panélistes ont tout d’abord échangé sur la définition même d’un bâtiment intelligent qui doit être intuitif et réellement au servicede ses occupants. Le choix des matériaux, le design et l’ergonomie sont réfléchis de façon à ce qu’il soit performant sur le plan du confort, mais aussi du rendement énergétique. La particularité d’un bâtiment intelligent réside dans l’automatisation des équipements. Les technologies sont interconnectées et permettent de recueillir des données au sujet du bâtiment, de ses différents équipements et de leurs rendements. Ces données sont bien sûr accessibles à l’occupant et permettent de bien contrôler le fonctionnement et la performance de l’habitation et de l’améliorer au besoin.

Pourquoi un bâtiment intelligent ?

Tout d’abord, il faut dire qu’il s’agit d’une tendance. Une maison intelligente par exemple augmente l’intérêt des acheteurs. N’oublions pas que dans le processus d’achat d’une propriété, il y a un aspect émotif qui est omniprésent. Pour un promoteur, ce pouvoir d’attraction envers son produit est fort intéressant. Du côté du client, disposer d’un bâtiment dans lequel tout est pensé pour lui rendre la vie plus simple est un gros avantage.

Un des panélistes œuvrant dans le domaine universitaire amenait le point qu’aujourd’hui, les professionnels veulent travailler dans des espaces à la fine pointe des technologies. De beaux laboratoires performants attireront certainement les meilleurs chercheurs. Les bâtiments intelligents offrent d’intéressantes possibilités en ce qui a trait au contrôle des fonctionnalités comme l’éclairage, la température ambiante, la chaîne stéréo (ajustable à distance), etc. En outre, au-delà du confort, la sécurité des occupants est un facteur pouvant amener un client à opter pour un bâtiment intelligent. Dans un pénitencier, ou encore un complexe résidentiel pour personnes âgées par exemple, la gestion des accès et la surveillance des lieux s’avèrent être des fonctions essentielles. L’intégration des TIC au bâtiment permet de répondre à ce genre d’exigence.

D’un point de vue financier, le fait d’acquérir un bâtiment intelligent est certainement un choix d’investissement avisé. Les gains en efficacité énergétique que permet un tel bâtiment en font une option intéressante. Même s’il peut paraître plus dispendieux au début, le retour sur investissement se fait dans le moyen et le long terme. Il faut cependant noter que tous ces systèmes intégrés engendrent des coûts de maintenance. Plus il y a de systèmes, plus il y a de risques d’une défaillance nécessitant une réparation.

Les solutions intelligentes abondent dans le marché. Les panélistes étaient d’avis que les clients doivent toutefois avoir une vision claire de leurs besoins afin de faciliter le travail des concepteurs ou des développeurs qui donneront vie à leur projet.

Nous sommes réellement à l’ère du bâtiment intelligent. Ce type de construction allie design, confort et sécurité des occupants tout en permettant des gains intéressants en matière d’efficacité énergétique.

LE SAVIEZ-VOUS ?
La domotique fait référence à l’intégration des TIC dans les maisons à des fins d’automatisation du fonctionnement des équipements tandis que l’immotique poursuit le même objectif, en faisant plutôt référence aux immeubles

À lire aussi