Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Samedi 21 octobre 2017
Suivez-nous sur :

L’agent de sécurité : un cadre qui a toute son importance

Marc Beaudoin
Marc Beaudoin
Chroniqueur Santé et sécurité

Le Code de sécurité pour les travaux de construction prévoit les règles spécifiques pour lesquelles un agent de sécurité est requis sur un chantier de construction. Il prévoit également que ce cadre soit sous la responsabilité du maître d’œuvre et précise certaines de ses responsabilités.

Tout chantier de construction de plus de 8 M$ (à l’exception des travaux de routes autres que les ponts, les tunnels ou les viaducs) ou qui emploie 150 travailleurs ou plus, à un moment quelconque des travaux, doit avoir un agent de sécurité qui œuvre à temps plein.

Pour l’agent de sécurité, certaines responsabilités sont prévues de façon obligatoire par le Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC) au 3e alinéa de l’article 2.5.4 :

« Le rôle de l'agent de sécurité est de veiller exclusivement à la sécurité, notamment de:

  1. coordonner les consignes et toute mesure de sécurité propres au chantier avec les dispositions du présent Code et les faire observer;
  2. s'assurer que tout travailleur connaît les risques propres à son travail;
  3. recevoir les recommandations et les procès-verbaux des comités de sécurité des employeurs;
  4. recevoir copie de tout ordre ou avis de défectuosité d'un inspecteur mandaté suivant la Loi sur la santé et la sécurité du travail (chapitre S-2.1);
  5. participer à la rédaction des consignes de sécurité propres au chantier; et
  6. intervenir lorsque se présente un risque d'accident et enquêter à la suite d'un accident.

R.R.Q., 1981, c. S-2.1, r. 6, a. 2.5.4; D. 1959-86, a. 9. »

Dans les faits, l’agent de sécurité est le professionnel en santé et sécurité du travail et ses tâches ne se limitent pas uniquement à celles mentionnées au CSTC. Il est le principal agent de changement à pied d’œuvre. Ainsi, en procédant à l’accueil des travailleurs au chantier, en animant le comité de chantier, en effectuant des visites de chantier et en rencontrant les superviseurs lors de la planification sécuritaire des travaux, il contribue à diminuer les risques d’accidents du travail.

Afin de bien effectuer ses tâches, il aura besoin de la collaboration de tous les intervenants présents : directeur ou chargé de projet, surintendant, contremaître, travailleurs, etc. En plus de supporter le gestionnaire en place (habituellement le surintendant du chantier), l’agent de sécurité lui permet de mieux gérer l’échéancier des travaux et la production des sous-traitants.

De plus, la santé et la sécurité du travail ayant grandement évolué au cours des dernières années sur les chantiers de construction, la charge administrative nécessaire afin d’effectuer la gestion de la santé et de la sécurité du travail (GSST) ainsi que les éléments de diligence raisonnable exigés par la CSST et les tribunaux n’ont fait qu’augmenter… L’agent de sécurité se doit donc de remplir les documents administratifs (documents à signer à l’accueil et aux pauses sécurité, programme de prévention, analyse sécuritaire de tâche, rapport d’inspection, etc.)

L’agent de sécurité doit convaincre !

En plus d’effectuer toutes ces tâches, l’agent de sécurité doit convaincre les personnes qu’il croise du bien-fondé de la prévention des accidents. Comme on ne s’aperçoit pas toujours des bons coups (après tout, un accident évité est un accident qu’on ne voit pas), il n’est pas toujours évident de constater les résultats de tous les efforts déployés par cette personne.

Afin d’améliorer la prise en charge de la prévention dans les entreprises qu’il côtoie, l’agent de sécurité doit convaincre ses différents interlocuteurs. Pour faire passer son message correctement, on s’attend de l’agent de sécurité qu’il développe des compétences particulières au niveau des relations interpersonnelles. Il devra être un bon communicateur et devra également savoir écouter les personnes qui l’entourent.

Pour convaincre, il aura cependant un rôle ingrat… Celui d’exercer son pouvoir d’autorité au chantier. Ainsi, les récalcitrants devront être avertis et il appartient à l’agent de sécurité (quelquefois au surintendant) d’exercer également cette fonction.

Avec une diminution toujours grandissante du taux de fréquence des accidents du travail sur les chantiers de construction et la diminution des taux de cotisations dans l’industrie de la construction, force est de constater que le message en prévention véhiculé entre autres par les agents de sécurité a fait son chemin et a porté ses fruits !

À lire aussi