Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Dimanche 26 mars 2017
Suivez-nous sur :
FÉVRIER 2013

Ralentissement à l'horizon

Jean-Philippe Cliche
Jean-Philippe Cliche
Chroniqueur Économie

Reprise de la construction résidentielle aux États-Unis, augmentation des prix des matières premières, données économiques encourageantes en Chine, les raisons de croire que les économies canadienne et québécoise performeront bien en 2013 ne manquent pas. Pourtant, bien des prévisionnistes s'attendent à une décroissance dans l'industrie de la construction au Québec. Comment est-ce possible ?

Secteurs génie civil et voirie et institutionnel

Le budget provincial 2013-2014 qui a été déposé le 20 novembre 2012 annonçait d'importantes réductions d'investissement en infrastructures en 2013 et pour les années à venir. Des 12,5 milliards de dollars investis en 2012-2013, l'enveloppe octroyée au plan québécois des infrastructures (PQI) sera réduite à 10,5 milliards de dollars dès 2013-2014, et jusqu'à 8,7 milliards de dollars en 2016-2017. Nous pouvons anticiper une baisse des investissements en immobilisations de 11,5 milliards de dollars sur 4 ans par rapport à l'année en cours, une décision gouvernementale qui aura évidemment un impact majeur sur l'industrie. Une liste de projets prioritaires devrait être dévoilée d'ici le mois de mars 2013, ce qui nous permettra d'en savoir davantage sur les projets qui seront annulés ou retardés. Nous devons nous attendre à ce que bon nombre de projets institutionnels soient touchés, en plus des projets du secteur du génie civil et voirie.

Investissements (PQI)

Année ♦ Dépenses totales dans le PQI ♦ Réduction par rapport à 2012-2013

2012-2013:   12,5 G$
2013-2014:   10,5 G$ ♦ -2 G$
2014-2015:   10,1 G$ ♦ -2,4 G$
2016-2017:   8,7 G$  ♦ -3,8 G$
2017-2018:   9,2 G$  ♦ -3,3 G$
Total 51 G$ ♦ -11,5 G$  

Source : Budget provincial 2013-2014, page A.44

Secteur résidentiel

La diminution du nombre de ventes de maisons neuves vers la fin de l'année 2012, conséquence du resserrement des conditions de crédit mis en place par le gouvernement fédéral ainsi que des prix élevés des propriétés, tend à indiquer que le boom immobilier tire à sa fin. Bien des analystes, incluant la Commission de la construction du Québec (CCQ), prévoient un ralentissement du secteur résidentiel en 2013. Plusieurs prédisent que cette diminution perdurera pour encore quelques années, car le marché semble s'être rééquilibré.

Secteur commercial

La baisse des permis de bâtir de près de 16 % en 2012 laisse présager une diminution des investissements dans le secteur commercial en 2013. D'ailleurs, la CCQ anticipe une diminution des heures travaillées cette année. Il est difficile de faire des prévisions à long terme, car c'est un secteur plutôt incertain qui dépend énormément de l'état de l'économie. Toutefois, rien n'indique qu'il devrait fluctuer de façon importante au courant des prochaines années.

Secteur industriel

La CCQ prévoit une baisse de 1,5 million d'heures travaillées dans le secteur industriel en 2013. Le secteur étant alimenté presque entièrement par les travaux miniers dans le Nord québécois, il n'est pas surprenant que cette réduction anticipée des projets industriels ait lieu dans cette région. En effet, certains complexes miniers annoncés sont retardés en raison du prix du minerai de fer, et les conséquences du prix peu élevé de l'aluminium pourraient tout autant refroidir l'appétit des investisseurs. Certains d'entre eux pourraient aussi redouter les surcoûts de certains projets, comme ceux de la mine Éléonore, en plus de s'inquiéter de l'instabilité des prix des métaux. Bref, rien n'est acquis dans ce secteur qui est névralgique pour l'économie québécoise.

Nombre d'heures travaillées au Québec (millions d'heures)

Source : CCQ

HEURES TOTALES

  • 2011: 156,1
  • 2012: 165,0
  • 2013: 165,0 *estimation-prévision

GÉNIE CIVIL ET VOIRIE

  • 2011: 35,3
  • 2012: 37,5
  • 2013: 36,0 *estimation-prévision

INDUSTRIEL

  • 2011: 13,8
  • 2012: 18,5
  • 2013: 17,0 *estimation-prévision

 

INSTITUTIONNEL ET COMMERCIAL

  • 2011: 74,1
  • 2012: 77,5
  • 2013: 77,0 *estimation-prévision

RÉSIDENTIEL

  • 2011: 32,9
  • 2012: 31,5
  • 2013: 30,0 *estimation-prévision

Fin du cycle haussier

Les indicateurs économiques portant sur l'industrie de la construction québécoise semblent tous confirmer le fait que nous sommes à la fin d'un cycle haussier. Après seize années de croissance pratiquement ininterrompue, nous pouvons tout de même nous réjouir de cette performance qui était inimaginable à l'époque. Quoi qu'il en soit, tout porte à croire que les niveaux de construction que nous avons connus au milieu des années 1990 sont derrière nous et que les investissements se maintiendront à des niveaux passablement plus élevés que les moyennes historiques pour plusieurs années encore.

Jean-Philippe Cliche est économiste à l'ACQ.

 

À lire aussi