Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Lundi 21 août 2017
Suivez-nous sur :

La reprise dans le secteur commercial est confirmée

Jean-Philippe Cliche
Jean-Philippe Cliche
Chroniqueur Économie

Après une nette diminution à la suite de la crise économique qui a marqué la fin de la première décennie du millénaire, le secteur commercial reprend de la vigueur dans la province de Québec (voir le graphique).

 reprise economie

En fait, ce secteur était en pleine ascension avant la crise, alors que les projets de centres commerciaux se multipliaient. Le ralentissement économique qui s’est fait sentir autour du globe est venu ralentir l’ardeur des investisseurs en 2010 et en 2011, mais depuis, l’engouement est revenu. Il est aussi à noter que la croissance des permis de bâtir (en jaune) a pratiquement été ininterrompue durant la dernière décennie, une bonne nouvelle pour la construction commerciale.

Commerce de détail

Le sous-secteur du commerce de détail est sans aucun doute l’endroit où la croissance est la plus vive. La compétition entre Target et Wal-Mart, qui en est à ses débuts, y est certainement pour quelque chose. De plus, bon nombre de compagnies internationales tentent de percer le marché canadien et québécois, ce qui augmente la quantité de chantiers commerciaux. De 601 millions de dollars en 2011, les investissements dans ce sous-secteur ont plus que doublé en deux ans, alors qu’ils étaient à 1,223 milliard en 2013. Tout indique que l’année 2014 sera elle aussi une excellente année, alors que 1,06 milliard de dollars d’investissements en construction y sont prévus selon Statistique Canada.

Transport et entreposage

Les niveaux d’investissements du sous-secteur du transport et de l’entreposage devraient eux aussi se maintenir nettement au-delà de leurs moyennes historiques. Alors qu’ils totalisaient 891 millions en 2011, les investissements prévus en 2014 devraient avoisiner les 1,6 milliard, soit près du double. De plus, des projets d’envergure comme celui de tripler la capacité du port de Montréal (2,5 milliards de dollars) pourraient se mettre en branle dans un avenir rapproché. En fait, les hauts niveaux d’investissements en transport et en entreposage sont une réponse directe à la délocalisation de notre secteur manufacturier sur la scène internationale, un phénomène qui ne semble pas vouloir s’inverser, du moins à moyen terme.

Autres sous-secteurs

Notons les perspectives très encourageantes dans le domaine des services professionnels, scientifiques et techniques qui, à 315 millions de dollars d’investissements prévus en construction en 2014, augmenteront de près du triple par rapport à 2013. Nous pouvons certainement nous réjouir de cette nouvelle, puisque ce sous-secteur en est un à haute valeur ajoutée pour notre économie. Le sous-secteur des finances et des assurances ainsi que celui du commerce de gros devraient eux aussi continuer sur leur lancée en 2014.

Croissance positive du secteur commercial

Le secteur commercial est en fait le seul segment de la construction qui devrait afficher une croissance positive entre 2012 et 2014. Les économistes prévoient effectivement une diminution des investissements entre 2012 et 2014 dans le secteur génie civil et voirie et dans le secteur résidentiel, et au mieux une stagnation dans l’institutionnel. Le secteur industriel a pour sa part fléchi considérablement en 2013, mais devrait croître en 2014 avec le raffermissement du prix des ressources naturelles, sans toutefois atteindre les niveaux records de 2012.

À lire aussi