Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Samedi 21 octobre 2017
Suivez-nous sur :

Intégration des femmes dans l’industrie – Les obligations familiales sont-elles en cause ?

Samuel Harvey
Samuel Harvey
Chroniqueur Relations du travail - Perfectionnement

Pourquoi si peu de femmes sur nos chantiers ? Parce qu’elles sont responsables des obligations familiales ?

Certaines femmes n’osent pas dire à leurs employeurs qu’elles sont enceintes puisqu’elles ont peur de leur réaction. Pourtant, une femme qui se retrouve enceinte et qui doit prendre un congé maternité n’est pas un problème.

Stéphane Pépin, de l'entreprise Gestion 3 en 1, rappelait en 2016, lors du premier Colloque Construire se conjugue au féminin organisé par l’Association de la construction du Québec (ACQ), qu’il s’agissait d’une situation tout à fait normale. Les employeurs sont d’ailleurs habitués à gérer des mouvements de main-d’œuvre sur les chantiers. En effet, l’industrie de la construction a une main-d’œuvre qui est caractérisée par un taux de roulement assez élevé (moyenne de 14 % au cours des 10 dernières années)1. De plus, les salariés peuvent se retrouver à travailler pour de nombreux employeurs au cours d’une même année. Par conséquent, le départ pour un congé de maternité n’est pas si différent d’un autre mouvement de main-d’œuvre habituel et ne devrait pas constituer un frein à l’embauche et l’intégration d’une femme au sein d’un milieu de travail.

La réalité des obligations familiales d’aujourd’hui est très différente de celle que nous retrouvions il y a 50 ans. La capsule vidéo sur le sujet, produite par l’ACQ, démontre bien la réalité des familles : en 2017, les obligations familiales sont l’affaire de tous. Ainsi, le père autant que la mère sont susceptibles d’avoir recours à des aménagements d’horaire dans le cadre de leur emploi. L’ACQ est d'ailleurs favorable à ce type de mesures et a conclu une disposition spécifique à cet égard lors de la ronde de négociation 2014-2017. Cette disposition permet à l’employeur, lorsque possible, de modifier l’horaire de travail afin d’accommoder des salariés qui ont certaines obligations familiales. Par exemple, le salarié ou la salariée peut demander à son employeur, lorsque possible, de débuter plus tôt ou plus tard sa journée de travail pour aller mener son enfant à la garderie.

Il est également possible d’aménager plus d’une équipe de travail sur un chantier, l’une qui pourrait terminer plus tôt et l’autre plus tard, laissant ainsi l’opportunité aux personnes ayant des obligations familiales le choix d’un horaire qui les accommode. De plus, ces dernières ne se retrouveraient pas à être les seules sur un chantier parce qu’elles ont débuté plus tard en raison de la garderie. Ce type d’aménagement pourrait également avoir une conséquence fort intéressante pour les autres employés. En effet, certains seront heureux d’avoir la possibilité de quitter le chantier plus tôt ou plus tard, évitant ainsi la congestion automobile plus importante dans les grands centres.

Par ailleurs, les employeurs reconnaissant depuis de nombreuses années l’importance de la famille puisque le régime d’assurance collective de l’industrie, financé à 100 % par les employeurs, est également offert aux conjoints et aux enfants.

Les mesures facilitant la conciliation travail-famille apparaissent de plus en plus sur nos chantiers. Le Comité pour l’accès et le maintien des femmes dans notre industrie de l’ACQ mène différentes actions pour faciliter l’intégration des femmes. Un guide est notamment en cours d’élaboration afin d’aider les employeurs à connaître les différents programmes et ressources pouvant les aider lors de l’embauche d’une femme.

En terminant, nous vous rappelons que le 2e Colloque Construire se conjugue au féminin, organisé par l’ACQ, aura lieu le 15 mars prochain. Découvrez des entreprises d’ici qui ont su s’outiller pour accueillir et favoriser la rétention des femmes sur leurs chantiers de construction. Venez rencontrer des entrepreneurs, des travailleurs et des intervenants de l’industrie qui partageront avec vous leurs expériences, leurs outils et les ressources disponibles pour favoriser la rétention des femmes dans votre entreprise. Le colloque, c’est aussi l’occasion de tisser des liens d’affaires avec les participants et de prendre part au changement.

Pour en savoir plus et s’inscrire...

1 Statistiques annuelles 2015 provenant de la CCQ (PDF)

À lire aussi