Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Samedi 21 octobre 2017
Suivez-nous sur :

Après le FFIC, voici le FFSIC

Michel Couillard
Michel Couillard
Chroniqueur Relations du travail - Perfectionnement

En novembre dernier, le Comité sur la formation professionnelle de l'industrie de la construction adoptait les règles générales d'utilisation du Fonds de formation des salariés de l'industrie de la construction (FFSIC), nouvelle entité créée à la suite de la dissolution du Fonds de formation de l'industrie de la construction (FFIC).

En tant que membre permanent de ce comité, l'ACQ a participé activement aux travaux qui ont mené à l'adoption de ces règles entre autres, en s'assurant qu'elles répondent spécifiquement aux besoins des employeurs.

En plus des activités de perfectionnement offertes par la Commission de la construction du Québec, le FFSIC soutiendra :

  1. L'organisation de formations directement en entreprise
  2. Des formations offertes par les associations patronales
  3. Des formations dédiées à une relève en gestion
  4. Des formations offertes par des fournisseurs
  5. La promotion en matière de formation par l'ACQ.

N'oubliez pas que ce fonds de formation existe parce que vous y contribuez à raison de 0,20 $ par heure travaillée. Nous vous invitons fortement à utiliser les services du FFSIC.

Les agents de promotion

L'ACQ met à votre disposition les services d'agents de promotion qui sont là pour vous aider à :

  • Analyser vos besoins de formation
  • Trouver la formation adéquate
  • Examiner les possibilités d'obtenir un remboursement du FFSIC

Pour obtenir un service personnalisé adapté à la situation de votre entreprise ou tout simplement pour obtenir des informations pertinentes à vos projets de formation, nous vous invitons à contacter les agents de promotion de l'ACQ. C'est gratuit, pourquoi
s'en passer ?

514 354-8249 • Suzanne Garon (2708) • Alain-Gabriel Guignard (2712)

Michel Couillard est coordonnateur – développement des compétences au Service des relations du travail de l'ACQ.


Voici ce que vous devez savoir concernant les règles de fonctionnement du FFSIC

Les formations admissibles au FFSIC

En règle générale, toute formation professionnelle directement en lien avec le métier ou l'occupation du salarié est admissible. De plus, plusieurs autres types de formations telles que des formations collégiales, des séminaires et des formations offertes par des manufacturiers peuvent être admissibles sous certaines conditions.

Qui est admissible au FFSIC ?

Le salarié Pour être admissible, le salarié se doit d'avoir travaillé et doit déclarer des heures à la Commission de la construction du Québec dans son métier ou occupation (en lien avec la formation choisie), soit :

  • Un minimum de 400 heures travaillées et déclarées à la CCQ au cours des 24 des 26 derniers mois, dont au moins 100 heures dans le métier ou l'occupation qui concerne la formation choisie si le salarié détient plus d'un certificat de compétence, OU :
  • Au moins 8 000 heures travaillées et déclarées à la CCQ dans son métier ou occupation, dont une heure au cours des cinq dernières années.

L'employeur Pour être admissible, l'employeur qui fait une demande de formation pour ses salariés doit avoir déclaré au moins 1 500 heures de travail avec prélèvement par la CCQ au cours des 24 des 26 derniers mois. Ainsi, l'employeur peut se faire rembourser des frais payés pour de la formation qu'il a offerte à ses salariés lorsqu'elle est en lien avec leur métier.

Le remboursement des coûts de la formation

Le FFSIC rembourse les frais de formation et appuie les démarches du salarié en le soutenant financièrement pour ses frais de déplacement, d'hébergement et de repas, et ce, en fonction de certains critères. L'employeur qui aura déboursé pour la formation (admissible au FFSIC) de ses salariés pourra également se faire rembourser les frais de formation lorsqu'elle est en lien avec leur métier.

Saviez-vous que...

Le Fonds de formation des salariés de l'industrie de la construction disposait (au 30 juin 2012) d'environ 187 M $ pour soutenir les salariés et les employeurs en matière de formation ?

À lire aussi