Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Mardi 24 octobre 2017
Suivez-nous sur :

Programme d’incitatifs et de formation des femmes en entreprise

Michel Couillard
Michel Couillard
Chroniqueur Relations du travail - Perfectionnement

Lors des derniers mois, plusieurs organisations ont amorcé une réflexion à l’égard du faible taux de représentativité des femmes dans l’industrie de la construction. En effet, la plupart des écrits sur le sujet vous diront qu’en 2012, elles ne représentaient que 1,3 % de la main-d’œuvre en construction au Québec. Une fois ce constat fait, il est facile de comprendre qu’il faudra en faire beaucoup plus pour les accueillir en plus grand nombre.

C’est dans cet esprit que l’ACQ a mis sur pied le Comité pour l’accès et le maintien des femmes dans notre industrie en juin 2013. Ce comité réfléchit actuellement aux différentes actions qui peuvent être posées par l’ACQ pour soutenir les employeurs qui souhaitent accueillir adéquatement une ou des femmes dans leur équipe de travail.

Parallèlement, le Comité sur la formation professionnelle dans l’industrie de la construction (CFPIC) a adopté un programme pour soutenir les employeurs qui procéderont à l’embauche d’une femme. Ce programme sera soutenu financièrement par le Fonds de formation des salariés de l’industrie de la construction.

Les objectifs de ce programme

Principalement, ce programme se veut une façon d’inciter les employeurs à embaucher une femme de métier nouvellement arrivée dans l’industrie; c’est-à-dire qu’il devra s’agir de son premier emploi dans le secteur assujetti par la Loi R-20 à titre d’apprentie ou d’occupation.

L’idée est de donner toutes les chances possibles à cette nouvelle salariée de rester dans l’industrie au terme de cette subvention. Il est plus que probable qu’une expérience de travail riche en apprentissages favorisera son maintien dans l’industrie.

Le programme vise également le changement de certaines idées, pratiques ou mentalités actuellement très présentes en chantier.

L’incitatif financier

L’entreprise recevra l’équivalent de 30 % du salaire de cette femme pour une période maximale de 52 semaines et ce, jusqu’à concurrence de 10 000 $.

Les obligations de l’employeur

  • Former l’équipe rapprochée de cette femme à la Gestion et au travail au sein d’une équipe mixte (durée : 14 heures). Bien entendu, plus il y aura de personnes formées, plus les chances de modifier certaines pratiques seront au rendez-vous. Minimalement, l’obligation consistera à former la femme, son mentor et un responsable de l’entreprise qui est en mesure de prendre des décisions favorables à l’intégration de la salariée au sein de l’équipe.
  • Soutenir la formation des femmes par un plan de formation. Ce plan de formation, adapté à la réalité de l’entreprise et lié aux tâches qui seront confiées à la salariée, devra être déposé à la CCQ. Ce plan servira à soutenir le mentor et la femme dans la poursuite de ses apprentissages.

Les critères d’admissibilité

  • Une entreprise de moins de 2 ans d’existence avec un minimum de 1500 heures déclarées avec prélèvement à la CCQ.
  • Une entreprise de plus de 2 ans d’existence avec un minimum de 4000 heures déclarées avec prélèvement à la CCQ.
  • Une entreprise qui a un minimum de 2 employés, dont au moins un compagnon.
  • Une entreprise qui est en mesure de désigner un compagnon du même métier ou un mentor qui supportera la femme embauchée.

Une campagne de promotion sera lancée l’automne prochain par la CCQ. Vous obtiendrez à ce moment plus de précision quant aux différentes modalités d’inscription à ce nouveau programme qui verra le jour le 1er octobre 2014.

Bien entendu, l’ACQ en fera également la promotion auprès des employeurs des secteurs IC/I.

Saviez-vous que ?

Le Comité pour l’accès et le maintien des femmes de l’ACQ a maintenant une adresse courriel comite_femmes@prov.acq.org

À lire aussi