Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Mercredi 28 juin 2017
Suivez-nous sur :

Nanotechnologies, la prochaine révolution industrielle

Amir Nadji
Amir Nadji
Chroniqueur TIC

« Nanotechnologies », voilà un terme que nous entendons de plus en plus dans les médias et qui nous est présenté comme étant une percée majeure dans le monde de l’industrie en général. Qu’est-ce qui se cache donc derrière cette science et en quoi cela aura-t-il une incidence sur notre quotidien ? Petit tour d’horizon.

Difficile de définir avec précision ce que sont les nanotechnologies tant les disciplines scientifiques concernées sont nombreuses, mais pour faire court, les nanotechnologies consistent en l'étude, la fabrication et la manipulation de la matière à l’échelle du nano (milliardième de mètre).

À cette échelle, les scientifiques ont découvert que les lois de la physique classique ne s’appliquent plus. Les molécules et atomes présentent de nouvelles caractéristiques jusqu’alors inconnues. Les chercheurs ont donc utilisé ces nouvelles propriétés pour fabriquer des matériaux plus efficaces, plus légers ou plus résistants tout en permettant une meilleure utilisation des ressources naturelles.

Nanotechnologies et électronique

Depuis plus de 50 ans, la loi de Moore (cofondateur d’Intel) qui prédit que le nombre de transistors sur une puce de silicium double tous les 18 mois est vérifiée. Cependant, la mort de cette règle est déjà annoncée par les spécialistes du fait des limites mêmes du silicium et du coût de plus en plus élevé de la miniaturisation.

D’autres voies ont donc été explorées pour rendre les ordinateurs de plus en plus performants. Les nanotechnologies se sont imposées comme étant une des solutions les plus probantes, notamment pour ce qui concerne les capacités de stockages. Les chercheurs ont déjà conçu des éléments nanométriques pouvant emmagasiner jusqu’à 50 fois plus de données que les supports actuels avec un temps de conservation pouvant atteindre plusieurs centaines d’années sans aucune détérioration de l’information.

Des écrans « souples » commencent aussi à voir le jour. Lors du CES 2013 à Las Vegas (le plus grand salon des technologies de pointe au monde), Samsung a présenté son tout nouvel écran souple baptisé Youm. Doté de la technologie OLED, il propose un affichage de 300 PPI et serait incassable. Cette avancée technologique a pu être réalisée grâce à des nanotubes de carbone, une structure en forme de tube très conductrice et souple.

La nanotechnologie et l’industrie de la construction

Le but des nanotechnologies dans le monde de la construction reste évidemment de fabriquer des édifices de plus en plus solides, qui résistent au temps et aux intempéries et bien sûr plus « intelligents ».

Les vitres autonettoyantes sont une des nombreuses évolutions apportées au monde du bâtiment. Une couche de nanocristaux formant de minuscules pointes recouvre le verre rendant ainsi la surface de contact entre les impuretés et la vitre trop faible pour qu’elles puissent s’y incruster.

D’autres innovations sont à signaler telles que les peintures autonettoyantes et antibactériennes, les nanorevêtements pour le bois qui permettent à ce dernier de mieux résister à l’eau, aux rayures ainsi qu’aux rayons UV ou encore les « polysaccharides végétaux » qui protègent les murs contre les graffitis.

Considérées comme étant la troisième révolution industrielle après le boom industriel et l’informatique, les nanotechnologies valent aujourd’hui plusieurs centaines de milliards de dollars et constituent un vrai moteur de changement technologique. Cette science pourrait bel et bien changer notre monde.

Saviez-vous que ?

La compagnie Philips Monitors avait remporté la médaille d’or de l’innovation exceptionnelle pour son écran d’ordinateur deux-en-un qui sera sur le marché cet automne. Ce prix a été attribué lors de l’événement Computex Taipei Technology Convention, qui a eu lieu du 2 au 7 juin dans la capitale de Taiwan.

À lire aussi