Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Lundi 23 octobre 2017
Suivez-nous sur :

Croissance de l’activité de la construction au pays

album photo

La construction au Canada se porte très bien. D'un bout à l'autre du pays, les projets et surtout les gros chantiers abondent. Ce faisant, les besoins en main-d'œuvre augmentent. Une tendance observée depuis 1995 et qui se maintiendra en 2013, voire jusqu'en 2020 selon les plus récentes prévisions du Conseil sectoriel de la construction (CSC). Sommaire de l'activité d'est en ouest – à l'exception du Québec où un survol des chantiers a fait l'objet d'un article le printemps dernier – et portrait économique de l'investissement par région.

Dans les provinces atlantiques, 360 chantiers importants sont en cours de réalisation ou sur le point d'être lancés. C'est à Terre-Neuve et au Labrador que l'on retrouve le plus important contingent d'investissements, soit près de 50 milliards de dollars (50 G$). Il s'agit de chantiers majoritairement liés à l'activité minière, pétrochimique et gazière. Des projets dont l'exécution est assurée grâce à l'engagement d'importantes sociétés privées étrangères présentes sur ce territoire. En outre, près de 13 G$ de fonds mixtes avaient déjà été versés au démarrage de ces projets de nature plutôt privée au moment de mettre sous presse. Des entrepreneurs invités par Terre-Neuve et Labrador construisent des hôtels, des habitations, des édifices publics, dont des hôpitaux et des écoles, ainsi que des routes pour faire face au boom économique. Des livraisons qui sont échelonnées sur une dizaine d'années.

Grands-chantiers Photo 1A GrandsprojetsMonctonCentremultifonctionnelPlusieurs chantiers projetés sont aussi annoncés dans les autres provinces des Maritimes : « Une manne évaluée à environ 100 G$ », estime Elizabeth Beale, présidente-directrice générale du Conseil économique des provinces de l'Atlantique (CÉPA). Le Nouveau-Brunswick s'apprête ainsi à faire le plein d'occasions d'affaires. « Le gros des activités ne se déroulera probablement pas dans notre cour, dit Mme Beale, mais nous croyons que plusieurs grands entrepreneurs de Moncton et du reste de la province pourront en profiter, en devenant des sous-traitants de grands chantiers. » Il faudra néanmoins attendre 2016 avant que l'ensemble des projets ait cours et que toutes les retombées se fassent sentir.

 

  • Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve

    L'engagement ferme de gigantesques sociétés privées à Terre-Neuve et Labrador, annoncé il y a quelques années, a contribué à l'éclosion rapide de projets dans l'extrême est du pays. Cette vigueur de marché a rapidement encouragé Ottawa à fournir des subventions d'aide au démarrage de chantiers et convaincu St-John à délier les cordons de sa bourse pour accélérer la mise en route des projets, stimuler l'économie et remettre les gens au travail. Il en va cependant autrement au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du- Prince-Édouard où les provisions fédérales ainsi que les goussets des provinces censées appuyer les mises en chantiers régionales fondent depuis plusieurs mois, victimes du ralentissement économique généralisé au pays, affirme le Conseil économique des provinces de l'Atlantique. « Les gouvernements fédéral et provinciaux se montrent désormais plus prudents, moins enclins à subventionner des projets là où il y a peu d'engagements privés pour appuyer les démarches globales d'investissements », précise Elizabeth Beale.

    Tout n'est pas perdu. Halifax, avec l'aide d'Ottawa et du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, annonce qu'elle va de l'avant avec le plus important des projets à être réalisé dans cette province : la construction projetée d'un centre des congrès, le Nova Centre. Le projet de 164,2 M$ verra le jour d'ici un an et la fin des travaux est prévue pour janvier 2016. Il regroupera un hôtel, une tour à bureaux, des boutiques, des espaces de restauration et une grande place publique. Ce complexe remplacera l'actuel World Trade Convention Centre de Halifax qui nécessite trop de rénovations.

  • Nouveau-Brunswick

    Grands-chantiers Photo 1B GrandsprojetsMonctonBarrageet réservoirTurtleCreek

    Moncton qui bénéficie de peu d'investissements privés – 184,7 M$ annoncés en 2011 – s'avère néanmoins la locomotive du développement du Nouveau-Brunswick. La Ville a notamment donné son aval à la construction d'écoles, d'hôpitaux, à l'ajout de nouvelles pistes à l'Aéroport international du Grand Moncton et à la création de rues et autres infrastructures publiques de nouveaux quartiers domiciliaires. Le chantier de construction du barrage-réservoir de Turtle Creek qui permettra de doubler la desserte en eau potable de la ville est déjà en cours. Évalué à environ 40 M$, le projet pourrait être parachevé en 2013, pour un démarrage prévisible des installations dès 2014. De plus, la possibilité de construire un nouveau centre multifonctionnel de sports et de loisirs au centre-ville, un projet dont l'échelle de coûts se situe entre 70 et 100 M$, anime présentement les discussions au conseil municipal. Or, le terrain pourrait être entièrement acquis au cours de l'année 2013, la Ville espérant lancer les travaux d'excavation au printemps 2014 pour livraison du bâtiment en 2016 dans le meilleur des scénarios.

    Autres projets d'importance, la construction d'un centre carcéral à Shediac, l'ajout d'une constituante à l'Université de Moncton ainsi que la modernisation du centre-ville de Dieppe compléteraient une liste de 75 projets totalisant 17 G$ d'investissements. Aussi, plusieurs autres chantiers auront un impact sur l'économie de cette province.

  • Éclosion rapide de projets dans le centre du pays

    En Ontario, l'important nombre de chantiers industriels et de services publics d'envergure poussera l'emploi à des niveaux quasi inégalés, estime le Conseil sectoriel de la construction (CSC), ajoutant que le secteur de la construction de l'Ontario enregistrera une croissance soutenue au cours des neuf prochaines années.

    D'après de nouvelles prévisions de l'offre et de la demande de main-d'œuvre publiées par le CSC, ce sont les régions du nord et du Grand Toronto qui enregistreront les gains en matière d'emploi les plus importants. L'attention se portera, à moyen et à long terme, sur les projets miniers et d'infrastructures de la Ceinture de feu du nord-ouest de la province. Dans la région de Sudbury et du nord-est, plusieurs projets miniers ou d'infrastructures ont déjà été lancés ou le seront d'ici cinq ans. Les gisements minéraux offrent un potentiel à long terme pour le développement minier durable du nord de l'Ontario et favorisent la construction de nouvelles installations.

    Dans la déclinaison des chantiers d'importance en Ontario, on ne peut passer sous silence le secteur de la santé. La province compte en effet plusieurs projets de bâtiments de soins en cours de réalisation, et d'autres sur le point d'être lancés, totalisant près de 8,3 G$ dans cet unique créneau. Également en cours d'exécution, l'édification du Complexe des sciences judiciaires et du coroner, un projet de 500 M$, se démarque par sa dimension et son importance. Lancés en août dernier, le chantier du Centre aquatique des Jeux panaméricains (159 M$) et les travaux de construction du Village des athlètes, un projet évalué à plus de 514 M$.

    Grands-chantiers Photo 10 Complexe SciencesJudiciaires Coroner Toronto Aerial Shot 27Sept2012

    Complexe des sciences judiciaires et du coroner

  • L’énergie anime également le Manitoba

    Au Manitoba, la construction des centrales hydroélectriques de Conawapa et de Keeyask, et de leur réseau respectif de transport d'énergie du nord vers le sud de la province constitue un ensemble de chantiers totalisant plusieurs milliards de dollars. Entrepris par Manitoba Hydro en 2012 pour livraison en 2020, ils représentent la plus importante des annonces de projets faite par le gouvernement manitobain. Ils représentent les projets générant le plus grand nombre d'emplois de toute l'industrie des grands travaux de génie civil et de construction industrielle et institutionnelle au Manitoba.

    Durant ce temps, à Winnipeg, se poursuit le colossal chantier connu sous le nom de Voie CentrePort Canada. Il s'agit de la construction d'une autoroute à quatre voies, accompagnée d'importantes améliorations à la route 75, soit un lien stratégique unissant la capitale manitobaine et son aérogare, ainsi que la gare intermodale, à la frontière américaine.

    Toujours au Manitoba, de nombreux chantiers de création et de prolongement d'axes routiers, voire de reconstruction routière, qui vont s'échelonner sur une période de dix ans, ont été dans la plupart des cas lancés. À ces projets s'ajoutent la construction du Musée canadien des droits de la personne – complexe rattaché à l'Université du Manitoba –, l'agrandissement depuis longtemps prévu du Winnipeg Convention Centre, d'importantes rénovations aux quartiers généraux de la police de la ville et la construction du Centre des sciences de santé de l'Université de Winnipeg.

    Winnipeg Convention Centre

    Grands-chantiers Photo 8 Winnipeg Convention CenterWCC-Exterior-01

    WCC

  • Les milliards pleuvent sur la Saskatchewan

    Autres bonnes nouvelles, des projets de construction totalisant des investissements de plus de 44 G$ sont prévus en Saskatchewan au cours des années 2012 à 2020. La majorité des travaux visés sont déjà en cours de réalisation. En gros, le secteur minier accapare à lui seul près de 20 G$ de l'enveloppe globale des dépenses annoncées. L'industrie pétrochimique et gazière prévoit pour sa part consentir légèrement plus de 5 G$ à la construction d'édifices et d'aménagements divers, ce qui inclut la construction et l'installation de pipelines sur son territoire. Le secteur énergétique, qui intègre la construction de barrages, misera sur 4,5 G$ d'investissements pour moderniser ses installations et produire davantage de rendement. Le domaine manufacturier arrive au quatrième rang des plus gros investissements prévus dans la province, un segment regroupant la construction de nouvelles usines, entrepôts et édifices administratifs pour une somme évaluée à environ 3,6 G$.

    Le gouvernement de la Saskatchewan injectera durant la même période près de 2,8 G$ dans la construction de nouvelles infrastructures publiques dans les villes et régions, ce qui comprend plusieurs projets de routes, de viaducs et de ponts, l'agrandissement d'aérogares, la création d'usines de traitement des eaux et la modernisation de systèmes d'égouts et d'aqueduc. Soulignons enfin qu'environ 1,3 G$ ont été réservés pour la construction de nouveaux édifices gouvernementaux et de maisons d'enseignement. Le plus important projet dans ce créneau concerne la réfection complète des édifices de l'Assemblée législative située à Regina. Il est assorti d'un budget de plus de 50 M$. Des travaux qui pourraient débuter en 2015. Le ministère de la Santé ferme la marche du milliard d'investissements en prévoyant un peu plus de 1 G$ pour la construction de nouveaux centres de soins, de centres de recherches en médecine et de cliniques spécialisées.

    Environ 870 M$ seront déployés dans les industries récréatives et touristiques, des sommes qui serviront notamment à la construction de stades, de musées, de parcs et de centres d'interprétation. Parmi les gros projets en cours dans cette catégorie, citons les importants chantiers de construction du nouveau stade municipal de Regina (278 M$) et du centre d'exposition et de congrès de la capitale (180 M$), un projet entrepris en 2007 pour livraison en 2017, ainsi que les travaux de construction de la galerie d'art Remai de Saskatoon (72 M$) dont l'échéancier de livraison prévu pour 2015 a été ramené à 2013.

  • Le galop albertain

    La richesse des Prairies ne se dément pas. Le gouvernement albertain a publié en juin dernier une liste des plus importants chantiers à être exécutés à compter de 2012, dont certains s'échelonneront sur plusieurs années. Un ensemble de 874 projets évalués à près de 193,5 G$. C'est le secteur des infrastructures qui bénéficiera le plus de cette manne. Il comprend 292 projets pour une enveloppe totale de 19,7 G$. Le segment institutionnel suit de près, les entrepreneurs se partageant environ 8,4 G$ répartis dans 125 projets. En gros, ce sont dans les régions du nord-est (112,5 G$), d'Edmonton (20,7 G$) et de Calgary (20,8 G$) que l'activité sera la plus intense.

    À Edmonton, un projet d'autoroute de près de 2 G$ et la construction d'un important complexe d'enseignement et de recherches d'art appliqué estimé à 200 M$ et le chantier projeté d'une haute tour résidentielle de condominiums de prestige dont les coûts de construction sont évalués à plus de 65 M$, donnent un bon indice de la variété des projets annoncés. L'agrandissement du centre commercial West Edmonton Mall, le plus grand centre commercial de l'Amérique du Nord, donnant sur Europa Boulevard, un chantier chiffré à plus de 30 M$, permet aussi d'obtenir un portrait encore plus juste de la vigueur économique de cette région où de nombreux projets sont en cours de réalisation.

    Du côté de Calgary, la phase II du projet d'agrandissement et de modernisation de l'École d'ingénierie Schulich (142 M$) est commencée. Le gouvernement de l'Alberta annonce du même coup le début des travaux de construction et de modernisation des campus de l'Université de Calgary au coût de 120 M$. La cité universitaire s'enorgueillira aussi de deux nouvelles tours d'habitations, un projet évalué à près de 55 M$. L'arrivée prévue de nouveaux complexes hôteliers, dont la chaîne Hilton (75 M$), et la prolongation vers l'est du métro léger de surface (15 M$) figurent également dans les projets de la Ville.

    Schulish Engineering School

    Grands-chantiers Photo 11 Schulich School of Engineering - Aerial

  • Le nord de la Colombie-Britannique à l’honneur

    La région du Pacifique profite également d'un tourbillon de gros investissements. Toutefois, d'après l'enquête Construire l'avenir, Points saillants 2012-2020 pour la Colombie-Britannique, le travail dans le secteur non résidentiel sera réparti de façon inégale entre les régions. On peut lire dans le document que la croissance sera plus forte dans le nord de la province au cours des années à venir, tandis que dans le sud le travail dans la construction commerciale, institutionnelle et des ouvrages de génie civil sera plus faible.

    Près de 20 projets importants représentant près de 20 G$ d'investissement sont actuellement en cours d'exécution en Colombie-Britannique. Le plus grand de ces projets, d'une valeur de 950 M$, concerne l'agrandissement du Port de Vancouver. Le second chantier en importance se trouve à Iskut où la construction de nouvelles installations à la nouvelle mine d'or et de cuivre du nord de la province coûtera 444 M$. La construction de l'hôtel de ville de Surrey et de son imposant centre des congrès adjacent, un projet évalué à près de 100 M$, arrive au troisième rang des plus gros travaux annoncés en Colombie-Britannique. Au total, c'est 78 G$ qui seront investis d'ici les prochaines années dans différents projets de construction, dont près de la moitié sont sur le point de s'ébranler. Parmi les chantiers les plus attendus, notons l'aménagement projeté d'un vaste environnement de 500 acres à vocation mixte – comprenant des habitations, des commerces avec marina et plage – à Britannia South (1 G$), celui du mégahôpital Vancouver North Island assorti d'une enveloppe de 600 M$ et la construction d'une tour résidentielle et commerciale à Surrey, le 3 Civic Plaza.

    Hôtel de ville de Surrey – travaux et maquette

    Grands-chantiers Photo 7A Travaux SurreyNCH ColombieBritannique-July2012-2

    Grands-chantiers Photo 7B CityHall Surrey ColombieBritannique Night

À lire aussi