Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Lundi 21 août 2017
Suivez-nous sur :

Santé et sécurité du travail : tournée des fabricants de gants et de bottes

Protection des mains

Des gants confortables et résistants

Sur les chantiers, nombreux sont les matériaux, les produits et les équipements qui peuvent causer des blessures aux mains. Le fait de porter des gants certifiés est une garantie de diminuer les risques de coupures ou d’atténuer les vibrations surtout si on utilise des tronçonneuses, des marteaux-piqueurs, des scies circulaires ou qu’on se sert d’un bon vieux marteau pour cogner des clous, d’un tournevis ou encore d’outils portatifs pneumatiques. Les employeurs se doivent donc de fournir à leurs travailleurs exposés à des dangers physiques ou aux vibrations les gants appropriés.

« Les gants en cuir pleine fleur demeurent la préférence des travailleurs de la construction pour leur confort, leur résistance et leur polyvalence. Le coût du cuir et les restrictions environnementales liées au tannage des peaux incitent les fabricants à développer des alternatives à partir de matériaux synthétiques. On voit ainsi apparaître sur le marché plusieurs gammes de ce type de gants qui, bien qu’elles connaissent encore une popularité limitée, offrent de nombreux avantages et remplaceront le cuir naturel dans un futur prochain », précise André Mathieu, directeur, SPI Santé Sécurité.

Il ajoute : « L’intérêt est beaucoup plus manifeste pour les gants spécialisés comme les gants contre les coupures et les gants de performance. Cependant, il n’y a pas de normes CSA applicables pour tous les modèles de gants. »

Selon le porte-parole de SPI Santé Sécurité, la multiplication des gants contre les coupures qui sont très performants et à prix abordables les rendent de plus en plus populaires : « Les principaux niveaux de protection recherchés sont les niveaux 3 (ANSI et CE) et 4 (ANSI) / 5 (CE). Les tricots en fibres synthétiques comme le Dyneema ou le Kevlar et le revêtement de nitrile sont les plus populaires. Ce sont des marques spécialisées comme Superior Gloves ou KOSTO qui offrent les meilleures valeurs dans ce domaine plutôt que les marques traditionnelles. »

Gants Hercules (MGF017)
article-bottes-chaussures1
Ces gants HI VIZ en cuir et en nylon balistique sont très résistants pour protéger les travailleurs qui se servent de scies mécaniques. On les retrouve de plus en plus sur les chantiers pour accomplir des tâches où les risques de coupures sont plus fréquents.

Et il y a les gants adaptés spécialement conçus pour performer dans une situation donnée qui suscitent aussi beaucoup d’intérêt, notamment les gants contre les vibrations : « Ceux-ci sont généralement conçus de cuir synthétique et de matériaux élastiques pour plus de confort et de respirabilité. À l’instar des gants pour cyclistes, ces gants possèdent un rembourrage en néoprène aux points de pression dans la paume. Ces rembourrages permettent d’amortir les coups, secousses et coups répétitifs générés par la machinerie qui vibre », poursuit M. Mathieu.

Celui-ci nous a fait part de la dernière tendance : les gants haute visibilité.

« Bien que les gants ne sont pas conformes à la norme CSA Z96 comme les vêtements, nous voyons une forte tendance sur les chantiers à tout ce qui est haute visibilité. Ainsi, on voit éclore une offre de gants arborant les couleurs orange ou jaune fluo ainsi que des bandes réfléchissantes. »

« Les gants en cuir pleine fleur demeurent la préférence des travailleurs de la construction pour leur confort, leur résistance et leur polyvalence. » André Mathieu, SPI Santé Sécurité

article-bottes-chaussures2
Gants résistants aux coupures Workeasy MD

  • Doublure en tricot sans couture et revêtement en polyuréthane souple et flexible
  • Fibre Dyneema® de polyuréthane ultra résistante obtenue par un processus de rotation de gel breveté.
 

article-bottes-chaussures3
Northflex Oil Grip MC

  • Doublure légère en fibre de verre pour une excellente protection contre les coupures et les entailles
  • Revêtement imperméable
  • Technologie avancée MicroFinish pour manutention de produits huileux
 

article-bottes-chaussures4
Northflex CRT

  • Gant avec enduction nitrile offrant une protection maximale tout en maintenant toute la dextérité
  • Un mélange de fibres résistant aux coupures
 

article-bottes-chaussures5

Gants pleine fleur

Le cuir pleine fleur est la couche supérieure de la peau qui est plus souple, résistante et qui a un fini lisse.

 

article-bottes-chaussures6

Cuir synthétique DURA-FIT

très résistant aux déchirures et aux abrasifs. Nouvelle surface sur la paume : Material4X® et languette en velcro. Technologie Poron XRD TM absorbant les chocs.

 

article-bottes-chaussures7

Gants anticoupures en tricot 100 % fibres TAEKI5

légers et confortables, technologie européenne

 

Conseils de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ)

Les blessures aux mains surviennent régulièrement à des travailleurs de la construction, surtout ceux qui oeuvrent dans les métiers mécaniques.

Causes fréquentes de blessures :

  • Écrasement des doigts par des matériaux ou de l’équipement.
  • Brûlures au contact de produits chimiques ou du froid excessif.
  • Port de bagues, de chaînes ou de bracelets entrant en contact avec l’équipement.

Mesures préventives

  • Utiliser des gants en néoprène si vous devez travailler avec des produits acides, des solvants ou autres produits chimiques.
  • Porter des gants en latex lors de la manipulation de détergents ou de mastics.
  • Vérifier la fiche signalétique du produit afin de connaître la protection adéquate.

Protection des pieds

Des bottes plus légères et des semelles antitorsions

Chocs, écrasement et perforation à la suite de chutes d’objets et de matériaux ou de présence d’objets pointus (des clous) sont les principales causes de blessures aux pieds. Les travailleurs se doivent d’être bien chaussés pour exécuter leurs tâches en toute sécurité. Le Code de sécurité pour les travaux de construction prescrit que toute personne qui se trouve sur un chantier de construction doit porter des chaussures de protection de classe 1 (degré de protection le plus élevé) conformes à la norme CAN/CSA Z195 Chaussures de protection (CS, art 2.10.6).

TERRA BOOTS

article-bottes-chaussures8TERRA ARGO

  • Semelle intercalaire légère en polyuréthane à injection directe
  • Semelle d’usure antidérapante en caoutchouc
  • Tige en cuir imperméable
  • Doublure AEROSPACERMD absorbant l’humidité, dotée de la protection CLEANFEET®
  • Isolation THINSULATEMC
  • Semelle anatomique FOOTBED®
  • Sans métal

article-bottes-chaussures9TERRA BARON

  • Semelle intercalaire légère en PU à injection directe
  • Embout protecteur
  • Semelle d’usure en caoutchouc antidérapant empêchant la pénétration d’objets intrus
  • Tige en cuir pleine fleur de qualité supérieure avec tirants sur les côtés
  • Technologie FIRMA-FLEX® sans métal de TERRA
  • Doublure absorbant l’humidité, dotée de la protection CLEANFEET®
  • Isolation ThinsulateMC de 200 g
  • Semelle anatomique militaire Footbed® de TERRA, amovible
  • Sans métal

article-bottes-chaussures10TERRA PALADIN

  • Semelle intercalaire légère en polyuréthane à injection directe
  • Semelle d’usure en caoutchouc antidérapant empêchant la pénétration d’objets intrus
  • Embout protecteur à injection de PU
  • Tige en cuir pleine fleur de qualité supérieure
  • Doublure Cambrelle® absorbant l’humidité, dotée de la protection CLEANFEET®, et isolation ThinsulateMC de 200 g
  • Semelle anatomique Footbed® en PU bidensité, amovible
  • Protecteur métatarsien interne PORON® XRDMC en mousse dissipant les chocs
  • Technologie sans métal Firma-Flex® de TERRA
  • Fabriqué au Canada

« Les bottes de la compagnie Terrafootwear sont fabriquées à l’usine située à Harbour Grace à Terre-Neuve et elles répondent aux exigences de l’industrie de la construction. Nous respectons des normes de sécurité très strictes dans l’utilisation des matériaux servant à confectionner les semelles. Nos modèles Argo et Baron ont des semelles qui ont été conçues pour les soldats de la Marine canadienne. Nous savons que les travailleurs de la construction passent de longues heures debout et qu’ils recherchent avant tout une chaussure confortable. Nous ne cessons d’innover avec des produits qui vont alléger les bottes. Les 8 modèles que nous produisons pèsent moins de 1 000 grammes pour une pointure 9. Parmi les autres critères de sélection, il y a bien sûr les semelles qui doivent être antidérapantes pour éviter de glisser sur les structures d’acier ou d’aluminium, par exemple ou une surface détrempée… » Matt McCaig, Terra Product Manager

KODIAK BOOTS

article-bottes-chaussures11BLEU RENEGADE 15 CM - 20 CM

  • Technologie sans métal ROCKFIBRE®
  • Protecteur métatarsien externe
  • Chausson imperméable
  • Tige en cuir imperméable, coutures scellées étanches
  • Isolation ThinsulateMD de 200 g
  • Languette anatomique matelassée en cuir
  • Embout protecteur en TPU moulé, collé et cousu, très résistant à l’abrasion
  • Contrefort en caoutchouc double épaisseur
  • Semelle anatomique FOOTBED®en polyuréthane double densité COMFORTZONE®, amovible
  • Semelle intercalaire très flexible en polyuréthane à injection directe
  • Semelle d’usure composée d’un mélange de caoutchouc, avec cavités de flexion, résistant à l’huile et offrant une résistance optimale au glissement
  • Homologué CSA, classe 1, embout composite, plaque composite, ESR

Botte Oliver

article-bottes-chaussures12

  • Semelle en caoutchouc – nitrile et polyuréthane et semelle intercalaire souple et résistante
  • Mousse uréthane (Poron®) pour un confort maximal et absorption des chocs
  • Fabriquée en cuir et en kevlar avec embout renforcé
 

Nous nous sommes entretenus avec Isabelle Delphine, chef communication-marketing de SPI Santé Sécurité pour qu’elle nous parle des critères de sélection des bottes de construction : « Le principal critère d’achat pour les travailleurs de la construction demeure le confort, suivi de la durabilité. Le prix et la marque viennent en second lieu. La conformité aux principales normes CSA applicables à leur type d’ouvrage est une considération de peu d’importance, car les produits sont normalisés. La botte sera en cuir pour les travaux au sec (ou avec une membrane imperméable de type Gore-Tex) ou en caoutchouc pour les travaux de forage, béton ou plomberie de fond. »

La porte-parole de SPI Santé Sécurité a aussi jeté un regard sur les nouveautés et les tendances dans ce marché : « Les tiges en matériaux mixtes comme les hauts des bottes demeurent essentiellement en cuir, mais intègrent de plus en plus de tissus synthétiques afin d’accroître la respirabilité et de réduire le poids des bottes. Les cuirs sont aussi traités, comme le Tufftech, afin d’offrir plus de durabilité. »

« Le principal critère d’achat pour les travailleurs de la construction demeure le confort, suivi de la durabilité. Le prix et la marque viennent en second lieu. » Isabelle Delphine, SPI Santé Sécurité

Mme Delphine a également fait les observations suivantes concernant la protection sans métal (embout de protection des orteils et les semelles antiperforations en composite (de type Lenzi) plutôt qu’en acier. Selon elle, l’objectif étant d’alléger la botte, mais l’utilisation de matériau composite ne veut pas nécessairement dire que la botte soit plus légère, car la majorité du poids d’une botte est générée par celui de la tige et de la semelle.

Pour ce qui est de la protection interne du métatarse ou la protection 3600, elle ajoute ceci : « Plutôt que d’avoir seulement un embout de protection au niveau des orteils, plusieurs bottes offrent un protecteur qui couvre tout le dessus du pied ou le dessus et les côtés (3600). Jusqu’à tout récemment, ces protecteurs étaient à l’extérieur de la botte, mais aujourd’hui, plusieurs marques comme Royer, STC ou KOSTO offrent des modèles avec un protecteur interne qui sont performants et confortables. »

Du côté du fabricant québécois Royer, on conseille de remplacer les bottes de construction dès que l’on s’aperçoit que la semelle est endommagée, usée et que le cuir de l’empeigne est déchiré et que les coutures sont défaites. « Si l’embout d’acier ou le protecteur métatarsien ont subi des chocs très violents, il est fortement recommandé de remplacer les bottes dans l’immédiat », de souligner Andrée-Anne Savard, agente de communication de Royer. Toutes les bottes fabriquées par Royer sont testées en usine et dans un laboratoire certifié pour en garantir une qualité optimale, selon les normes CSA. Ce fabricant de l’Estrie ne cesse d’améliorer ses techniques en s’associant avec Gore-Tex® et BOA®.

« On conseille de remplacer les bottes de construction dès que l’on s’aperçoit que la semelle est endommagée, usée et que le cuir de l’empeigne est déchiré et que les coutures sont défaites. » Andrée-Anne Savard, agente de communication de Royer

La santé et la sécurité des travailleurs sont au cœur des préoccupations des fabricants de chaussures parce que les coûts liés aux accidents de travail peuvent être importants. La vice-présidente de la division industrielle et de plein air de Chaussures Régence à Québec, Maureen Cox, s’exprime ainsi : « Les bottes de sécurité de la compagnie Acton répondent à des besoins précis, dont ceux des travailleurs de la construction. Grâce à une semelle antitorsions, on peut éviter les foulures aux chevilles qui sont fréquentes dans l’industrie. Les souliers Stacker et Action ont été conçus pour réduire les risques de glissements, de chutes, de foulures ou encore de blessures dues à des chocs latéraux. »

Pour la porte-parole de Chaussures Régence, ce qui doit primer dans une botte de sécurité, c’est l’aspect confort du produit parce que les travailleurs et les entrepreneurs passent de longues heures sur les chantiers, d’où l’importance d’être chaussés adéquatement.

« La semelle antitorsions des bottes du fabricant Acton permet d’éviter les foulures aux chevilles. » Maureen Cox, vice-présidente de la division industrielle et de plein air de Chaussures Régence.

À lire aussi