Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Mardi 13 novembre 2018
Portraits de femmes

La passion avant tout

album photo

Brigitte Gaignard a la fibre entrepreneuriale et surtout la volonté de foncer dans ses gênes. Fille d’entrepreneur, elle a vu ses parents démarrer l’entreprise familiale Sciage de béton St-Léonard et y mettre du coeur à l’ouvrage.

Adolescente, elle a débuté sa carrière dans l’entreprise familiale. Son emploi d’été : La conception complète des lames aux diamants. « Je travaillais avec l’équipe de mécanique. On fabriquait les segments aux diamants, un mélange de poudre diamantée que l’on mettait dans des moules et que l’on cuisait à haute chaleur. L’étape finale : Je soudais les segments sur les lames qui servaient à scier le béton ». Ayant pratiqué la plupart des métiers au sein de l’entreprise, elle est maintenant vice-présidente des finances.

Fière d’avoir poursuivi le rêve de ses parents, elle n’aurait pas choisi un autre milieu de travail : « J’aime travailler dans un milieu d’hommes. Avec eux, c’est simple et direct ». Elle aime les défis quotidiens que son travail lui apporte et surtout, elle aime trouver des solutions. Dans la construction, où la majorité des travailleurs sont des hommes, il faut avoir de l’audace, mais surtout avoir la passion pour réussir.

C’est d’ailleurs ce qu’elle a transmis à sa fille, Sarah, qui oeuvre au sein de l’entreprise familiale depuis 5 ans. Celle-ci s’occupe de l’embauche et du suivi des employés en plus de s’impliquer dans les décisions opérationnelles « Sarah fait un excellent travail. Elle amène l’entreprise à un autre niveau », souligne fièrement Mme Gaignard.

Peu de femmes travaillent comme manoeuvre dans une industrie comme celle du sciage de béton, la grande force physique que le travail exige représente très certainement un frein à l’inclusion des femmes. Ce frein n’est toutefois pas insurmontable puisque Sciage de béton St-Léonard a embauché une femme qui est à l’emploi de l’entreprise. Selon Mme Gaignard : « celle-ci doit avoir une bonne confiance en elle et être en mesure de gérer son stress puisque les clients sont beaucoup plus attentifs à ce qu’elle fait qu’un autre employé ».

Les femmes ont leur place

Les femmes ont leur place dans la construction, nul doute n’est possible pour Mme Gaignard. Le partage des connaissances et des techniques de travail avec les collègues féminines fait partie de la solution. « Les jeunes doivent être curieuses, ne pas avoir peur de poser des questions et aimer travailler en équipe, c’est essentiel », selon elle.

Toutefois, dans un domaine comme le sien où il n’y a pas de formation dans une école de métier, il est parfois difficile de faire connaître certains emplois et bien sûr de recruter. Il est encore plus difficile de les faire connaître auprès des femmes. Pour remédier à la situation, Mme Gaignard aimerait une foire à l’emploi pour les femmes. Les entreprises pourraient y présenter tant des emplois méconnus que des postes disponibles. Cela représenterait une opportunité pour des entreprises de se démarquer.

Et l'avenir ?

 Mme Gaignard est convaincue que les femmes font un bon travail dans la construction parce qu’elles sont notamment minutieuses. Les métiers de la construction ne sont pas uniformes et chaque métier a ses propres exigences. Les possibilités sont multiples et il y a certainement un métier de la construction qui conviendra à la personnalité et aux intérêts de nombreuses femmes.

À lire aussi