Actualités

L’industrie de la construction bat des records d’activité

Jean-Philippe Cliche
Chroniqueur actualités

Le niveau d’activité de l’industrie de la construction au Québec fracasse des records d’année en année, si bien que près de 200 millions d’heures travaillées sont prévues en 2022.

En fait, de 140,6 millions d’heures travaillées en chantiers par les salariés de la construction en 2015, nous sommes passés à 197,5 millions d’heures en 2021 (voir le tableau ci-dessous). Il a d’ailleurs fallu 36 841 travailleurs de plus pour effectuer les travaux en 2021 par rapport en 2015, un défi colossal considérant le vieillissement de la population, et les taux de chômage historiquement bas qui frappent la province depuis quelques années.

Prévision des heures travaillées en contruction R-20 au Québec (en M)
 Année 2015 2019 2021e 2022p
Génie civil et voirie  26,3 34,9 37,5 39,5
Variation (%)   33 % 7 %  5 %
Industriel  10,2 11,4 12,0 12,0
Variation (%)   12 % 5 % 0 %
Institutionnel et commercial  77,5 98,1 106,0 109,0
Variation (%)   27 % 8 % 3 %
Résidentiel  26,6  33,0  42,0  38,0
Variation (%)   24 %  27 %  -10 %
Total 140,6 177,4 197,5 198,5
Variation (%)   26 % 11 % 1 %

Source : CCQ, traités par ACQ

       

Génie civil et voirie

Ce sont principalement les travaux majeurs de lignes électriques et la finition de la centrale électrique de la Romaine qui ont fait croître le secteur en 2021. Il reste encore beaucoup de projets de lignes électriques en 2022, tels que leprojet Micoua-Saguenay, la connexion vers la Nouvelle-Angleterre et un autre gros projet en Abitibi. De plus, un projet éolien d’envergure verra aussi le jour en Côte-Nord en 2022. En revanche, en 2022, ce sont les projets de réfection de tunnels qui feront croître le secteur. En effet, les tunnels Louis-Hyppolite Lafontaine, Ville- Marie et Viger seront en reconstruction, et les réseaux de transport en commun à Montréal (REM) et à Québec (Réseau structurant de transport en commun (RSTC)) battront leur plein eux aussi.

Secteur résidentiel

Il s’est construit tout près de 68 000 unités d’habitation en 2021, du jamais vu depuis 1987. Les dernières prévisions de la Banque de Montréal indiquent que 60 000 mises en chantiers devraient avoir lieu en 2022, et 55 000 en 2023. Ce sont d’excellents niveaux de constructions neuves. En revanche, la formation de nouveaux ménages au Québec ne semble pas justifier ce genre de chiffre. Est-ce que l’augmentation des taux d’intérêt au cours des prochains trimestres et les prix élevés des résidences feront en sorte de freiner la demande dès 2022 ? Ceci devra certainement être suivi de près.

Secteur industriel

Ce secteur tourne à de faibles niveaux depuis le début des années 2000, la Chine ayant repris le pôle dans le domaine. Cependant, l’instabilité politique actuelle amènera peut-être des investissements miniers et gaziers autant au Québec qu’au Canada. En fait, les prix du cuivre, du nickel, de l’aluminium et du palladium, des commodités produites et exportées par le Canada et le Québec, sont élevés à l’heure actuelle. De plus, la Russie produisant 12 % du pétrole et 17 % du gaz naturel mondial, il se pourrait que des investissements dans ces secteurs voient le jour prochainement. Dans un autre ordre d’idées, les prix internationaux du blé, du maïs et de l’huile de tournesol pourraient rendre des investissements dans ces denrées intéressants pour nos agriculteurs.

Institutionnel et commercial

À 109 millions d’heures prévues en 2022, ce secteur fracassera lui aussi des records historiques. Il y a énormément de travaux prévus dans les écoles du Québec, auxquels s’ajoutent de nombreux projets de tours d’habitation mixte en hauteur. En effet, des projets tels que la tour d’habitation mixte Maestria, le projet multiusage « Quartier des lumières », le Square Philips, le siège social de la Banque Nationale, le projet TOD Solar Uniquartier ainsi que d’autres tours d’habitation mixte dans la région de Québec et de Gatineau, entre autres, assureront une belle croissance dans ce secteur. En revanche, l’année 2022 sera plus difficile pour certains sous-secteurs tels que celui du commerce de détail, des immeubles de bureaux, des hôtels et des restaurants.