Actualités

Prix des matériaux : des donneurs d’ouvrage publics réagissent

Jean-Philippe Cliche
Chroniqueur actualités

N’habite probablement pas en Amérique du Nord celui qui n’a pas constaté que les prix des matériaux de construction ont augmenté considérablement depuis le printemps 2020.

En fait, la hausse fulgurante des prix des produits en bois a été telle qu’elle a fait les manchettes de bien des bulletins de nouvelles depuis un an et demi. Voici donc une analyse chiffrée de la situation ainsi que de son évolution dans le temps.

En fait, pratiquement la totalité des prix des produits industriels est à la hausse depuis le début de l’année. Le graphique ci-dessous illustre bien la situation.

Augmentation des prix des produits industriels au Canada
article chronique economie hiver
Produits industriels : noir
Métal et matériaux de construction : gris
Bois d’œuvre et produits du bois : orange
Statistique Canada, tableau 18-10-0029 Indice des prix des produits industriels

Bien évidemment, ce sont les prix du bois d’œuvre et des produits en bois qui ont retenu l’attention. En mai 2021, ils avaient augmenté de 230 % au pays depuis janvier 2020 selon les données compilées par Statistique Canada. Cela dit, les prix ont chuté depuis, tel qu’illustré sur le graphique, et autant les entrepreneurs en construction que les propriétaires rénovateurs qui sont allés acheter des produits en bois récemment l’ont constaté. Il semble donc que les problèmes d’offres causés par les fermetures d’usines lors de la première vague de COVID-19 s’estompent, et que la hausse de production de bois aux États-Unis a finalement un effet sur les prix.

Phénomène nouveau de cette année : des hausses de prix des matériaux de construction sont apparues sur d’autres produits qui, jusque-là, étaient somme toute épargnés. C’est le cas des produits primaires de métaux ferreux qui ont connu une hausse de près de 50 % depuis le début de l’année. Ceci a des incidences certaines sur les produits en acier et en métal, qui sont énormément utilisés dans l’industrie de la construction. Globalement, les prix des matériaux de construction et du métal ont augmenté d’un peu plus de 20 % entre le début de l’année et la fin du mois de juillet, ce qui cause des problèmes autant aux entrepreneurs qu’à leurs clients. Ceci pousse à la hausse les prix des produits industriels au Canada dans leur ensemble, tel qu’illustré dans le graphique.

Bien évidemment, les fluctuations de prix des matériaux augmentent les risques pour les entrepreneurs en construction qui soumissionnent sur des contrats bien avant leur réalisation. Puisque ce risque ne devrait pas être supporté par les entrepreneurs, mais plutôt par leurs clients qui commandent les ouvrages et qui en bénéficieront, certains donneurs d’ouvrage publics tels que la Société québécoise des infrastructures (SQI) ont décidé d’agir afin de remédier à la situation. En fait, l’institution a décidé d’ajouter des clauses d’ajustements de prix dans les contrats de construction qu’elle octroie. Ainsi, lorsque le prix d’un matériau donné fluctue de plus ou de moins de 5 % entre le moment où la soumission a été déposée et le moment de la réalisation du contrat, la SQI ajustera désormais le prix du matériau en question dans le contrat et remboursera l’entrepreneur au prix révisé.

Bien que ceci puisse provoquer des ajustements autant à la hausse qu’à la baisse, il est certain que les entrepreneurs n’auront plus à craindre les fluctuations de prix des matériaux, une variable qui échappe complètement à leur contrôle. Les entrepreneurs devraient donc soumissionner à de meilleurs prix, puisqu’ils n’ont plus à supporter ce risque. La SQI se basera sur l’indice des prix des produits industriels (IPPI) de Statistique Canada afin de déterminer la fluctuation des prix des matériaux. Cet indice est mis à jour mensuellement et permettra à la SQI d’avoir un indicateur crédible et libre de toute influence afin de procéder aux réajustements des prix de ces contrats. Si cette clause d’ajustement s’avère efficace et utile, d’autres donneurs d’ouvrage publics pourraient emboîter le pas à la SQI et procéder de la même façon.