Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Samedi 22 septembre 2018

Ligne d'avertissement : une procédure qui fonctionne

Alain Lahaie
Alain Lahaie
Chroniqueur Santé et sécurité

Les travaux de toiture sont un important volet de l’industrie de la construction québécoise. Leur réalisation comporte des risques de chute aux graves conséquences. Voyez comment l’installation d’une ligne d’avertissement peut éviter des chutes sur les toitures plates ou en pente légère.

Le moyen de protection collective contre les chutes à privilégier selon l’article 2.9.2 du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC) est le garde-corps.

Néanmoins, pour certains travaux spécifiques, la ligne d’avertissement peut être utilisée :

1) Lors de l’exécution de travaux de toiture ou de pontage sur des surfaces ayant une pente égale ou inférieure à 15°, celle-ci doit être placée à une distance de 2 m ou plus de tout endroit d’où un travailleur peut faire une chute en hauteur.

2) Au sommet de tout escarpement ou de toute tranchée dont la profondeur excède 3 m ou pouvant être une source de danger pour les travailleurs ou le public.

Exceptionnellement, lorsqu’un garde-corps gêne l’exécution des travaux, il peut être remplacé temporairement par une ligne d’avertissement à l’endroit où il entrave les travaux. Cette exception ne vise pas à substituer le garde-corps par la ligne d’avertissement.

En pareil cas, une autre protection reconnue contre les chutes sera utilisée à l’extérieur des aires délimitées par les lignes d’avertissement : une protection comme un harnais relié à un système d’ancrage par une liaison antichute.

Caractéristiques réglementaires d’une ligne d’avertissement

article ligne avertissement 1

Dans tous les cas, ce moyen de prévention consiste à délimiter une zone de travail se situant à 2 m ou plus de tout endroit d’où un travailleur pourrait faire une chute. L’article 2.9.4.1 du CSTC définit les conditions d’installation d’une ligne d’avertissement.

Une ligne d’avertissement doit être :

1) Constituée d’une bande rigide, d’une chaîne ou d’un câble muni de fanions faits de matériaux à haute visibilité.

2) Attachée à chaque potelet de manière à ce qu’une poussée sur la ligne, entre deux potelets, n’entraîne pas un affaissement équivalent de la ligne entre les potelets adjacents.

3) Continue et installée sur tous les côtés de l’aire de travail qu’elle délimite et placée à une distance de 2 m ou plus de tout endroit d’où un travailleur pourrait faire une chute de hauteur.

Délimiter une zone de travail sécuritaire

article ligne avertissement 2

1) Dès qu’il y a une ouverture dans la ligne d’avertissement (point d’accès, aire d’entreposage, aire de levage), un chemin d’accès constitué de 2 lignes disposées parallèlement doit être réalisé.

2) Lorsque le chemin menant à l’accès de l’aire de travail atteint une longueur qui le situe à plus de 5 m de distance, comme pour les travaux sur une grande toiture, il n’est pas nécessaire de le poursuivre au-delà de cette distance.

3) Lorsque le chemin d’accès provient d’un bord de toit, un garde-corps doit, conformément à l’article 2.9.2 du CSTC, être installé en bordure du toit afin de couvrir les 3 premiers mètres de chaque côté de l’origine du chemin d’accès.

N’hésitez pas à consulter la version courte de notre vidéo sur les lignes d’avertissement dans la section Santé et sécurité du travail sur acq.org

À lire aussi