Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Mercredi 14 novembre 2018

Inclusion, formation et concertation : nos attentes en vue des élections

Francis Roy
Francis Roy
Chroniqueur Éditorial

À la veille des élections provinciales, je souhaite profiter de l’occasion qui m’est offerte pour aborder quelques enjeux importants pour les membres de l’ACQ.

Stratégie nationale de la main-d’oeuvre

En premier lieu, je veux attirer votre attention sur la stratégie nationale de la main-d’oeuvre déposée par le gouvernement le 22 mai dernier.

 Aucun doute, les tensions sur le marché du travail québécois sont tangibles et la lutte pour la main-d’oeuvre qualifiée est féroce. Les entrepreneurs en construction sont de plus en plus touchés par ce phénomène et il est clair que le prochain gouvernement devra mettre en place des mesures concrètes qui nous permettront de demeurer compétitifs.

L’enjeu est crucial et la résistance est palpable. Je ne peux passer sous silence le fait qu’une partie de nos chantiers ont été paralysés par une grève illégale des grutiers au début de l’été afin de contrer une mesure qui vise à améliorer la flexibilité et l’agilité dans le développement des compétences des travailleurs et disposer de suffisamment de main-d’oeuvre qualifiée et diversifiée.

La stratégie à implanter dans l’industrie de la construction devra toucher non seulement les travailleurs sur les chantiers, mais aussi les ingénieurs, les estimateurs, le personnel de bureau et l’ensemble des intervenants oeuvrant dans notre industrie.

La sous-représentation des femmes et des immigrants dans notre industrie nous incite à défendre l’idée de mettre en place des mesures qui favoriseront l’arrivée d’une main-d’oeuvre qualifiée et diversifiée, dont les acquis et compétences seront reconnus.

Pour demeurer concurrentiels, nous devons constamment améliorer nos pratiques et nos technologies. Il faudra donc mettre en place une stratégie de formation continue pour l’ensemble de l’industrie de la construction afin de faire face aux défis de la prochaine décennie.

Les programmes interprovinciaux de mobilité de la main-d’oeuvre et l’assouplissement des règles de mobilité de la main-d’oeuvre interrégionale demeurent des enjeux stratégiques importants pour l’ACQ.

Au bout du compte, nous avons tous un rôle à jouer pour assurer une meilleure intégration et rétention de la main-d’oeuvre au sein de notre industrie. En tant qu’association et entrepreneurs, nous partageons cette responsabilité de rehausser et de promouvoir l’image de notre industrie de manière à la rendre plus attrayante. Il ne suffit plus de faire seulement des revendications ou de dresser des listes de souhaits. Il faut, chacun d’entre nous, poser des gestes qui peuvent faire la différence.

Grappe de la construction

Je ne peux passer à côté de l’occasion de saluer la décision du gouvernement d’avoir mis en place une grappe de l’industrie de la construction. Rallier toutes les parties prenantes de l’écosystème de la construction au Québec nous permettra de faire avancer notre industrie sur des enjeux comme l’innovation, la productivité et la compétitivité. L’ACQ invite le prochain gouvernement à poursuivre le soutien qu’il offre en ce sens à l’industrie.

Nous ne sommes qu’aux balbutiements de cette table de concertation et l’avenir de celle-ci est très prometteur pour tous les acteurs de l’industrie. L’ACQ s’est d’ailleurs engagée à être présente à toutes les étapes du déploiement de la grappe, notamment à titre de membre de la table des partenaires.

Sur ce, je vous souhaite une belle fin d’été et une bonne rentrée !

À lire aussi