Construire
BRANCHÉ SUR LA CONSTRUCTION
Lundi 21 janvier 2019
Structure de bâtiments

Bâtir sur de bonnes fondations

album photo

Toute conception de projet de construction d'édifice, particulièrement dans le secteur IC/I, débute par une évaluation de la qualité du sol sur lequel on compte ériger un immeuble : le site de chantier. Cela est évidemment connu dans l'industrie, puisque cette étape figure dans le Code national du bâtiment.

Précisons qu'aucun entrepreneur sérieux ne lésine sur ce sujet. On s'entend néanmoins pour dire qu'elle concerne plus rarement un projet de petits bâtiments comme la construction d'une maison unifamiliale. « L'étude géotechnique du sol permet de déterminer la composition du sol en profondeur et de s'assurer qu'il présente toutes les caractéristiques pour supporter adéquatement les charges qu'on vise à y asseoir. L'opération a aussi pour but d'établir si ce même sol continuera d'offrir un support stable durable, couvrant la durée de vie de l'édifice», précise Alain Mousseau, ingénieur associé de la firme Calculatec.

Alain Mousseau, ingénieur, Calculatec

Mecanique-batiment Photo 3 AlainMousseauLes problèmes de sol peuvent être nombreux. « La présence observée d'anciennes rivières ou de ruisseaux souterrains aujourd'hui disparus, ou de modifications apportées aux écoulements des eaux sur et sous la surface de terrain au fil du temps, aussi loin qu'il y a cent ans, peuvent avoir affaiblies ou reformulées la portance ou la densité des couches de substrats souterrains à différents endroits sur un territoire donné », poursuit M. Mousseau. En outre, sur l'île de Montréal, on recense une multitude de conditions géotechniques différentes. Dans certains quartiers de la ville, il suffira de creuser quelques pouces pour découvrir un socle rocheux, soit une base extrêmement solide qui, en dépit des difficultés d'excavation qu'elle engendre, procurera le maximum de portance. Ailleurs dans la ville, le roc se trouve parfois à 70 pieds de profondeur. La couche supérieure de sol doit donc être étudiée. « Les entrepreneurs dans les différentes régions du Québec connaissent généralement la teneur du sol sur lequel s'étend leur localité et sont à cet égard moins surpris des résultats », observe Alain Mousseau.

À lire aussi