Étanchéité, imperméabilisation et drainage des fondations

Étanchéité, imperméabilisation et drainage des fondations
Pierre Longpré
Pierre Longpré
Chroniqueur Technique

La présente chronique traite des exigences du Code de construction du Québec – Chapitre 1 – Bâtiment 2010 par rapport à l’étanchéité, l’imperméabilisation et au drainage des fondations.

Une bonne connaissance de votre site vous permettra d’établir les paramètres de conception afin de réaliser votre projet selon les exigences du Code. Nous vous suggérons d’avoir les documents suivants pour l’élaboration adéquate de votre projet et de mandater des professionnels qui feront un suivi et une coordination tout en considérant les exigences du Code de construction du Québec. Ces recommandations sont valables pour tous les types de projets.

  1. Étude géotechnique spécifiant la capacité portante du sol, le niveau de la nappe phréatique et les recommandations de conception;
  2. Techniques suggérées pour la protection des fondations contre l’humidité excessive et pour l’étanchéité;
  3. Type de drainage recommandé et adapté au projet par le concepteur;
  4. Analyse du sol et de l’eau pour l’ocre ferreux;
  5. Surveillance des travaux d’excavation et de mise en place du drainage et du système d’étanchéité, le tout selon les recommandations du rapport géotechnique et des plans de conception.

Dans le cas d’un bâtiment de plus de 3 étages et de plus de 600 m2

Le Code 2010 nous réfère à la partie 5 « Séparation des milieux différents », qui introduit le contrôle de la condensation, le transfert de la chaleur, de l’air et de l’humidité. Les sections 5.7 et 5.8 précisent les performances attendues pour la prévention des eaux de surface et l’infiltration, le drainage des fondations, la protection contre l’humidité, la pose des matériaux ainsi que les normes les régissant. Plus particulièrement, l’article 5.8.1.1 nous indique les obligations suivantes pour le drainage :

Extrait 5.8.1.1. « Drainage pour fondations et planchers » qui stipule :

1. Il faut prévoir un système de drainage à la base de tous les murs extérieurs de fondation et pour tous les planchers sur sol, sauf si ces murs ou planchers sont soumis à une pression hydrostatique constante ou s’il peut être démontré que cette mesure n’est pas nécessaire.
2. Pour l’ensemble de la partie 5, les concepteurs doivent prendre en considération ces exigences de performance, et peuvent choisir différentes méthodes de conception en spécifiant des matériaux conformes aux normes. Il appartient à vos professionnels de faire l’élaboration de ces détails conformes aux performances énoncées.

Dans le cas d’un bâtiment de moins de 3 étages et de moins de 600 m2

Le Code 2010 nous réfère à la partie 9. Elle comporte plusieurs sections, sous-sections et articles qui sont prescriptifs et obligatoires. Ainsi, les concepteurs auront les informations précises sur les méthodes exigées ainsi que les références aux normes.

Ils doivent s’y conformer dans leur intégralité contrairement à la partie 5 qui laisse aux professionnels le choix des méthodes. Il est important de prendre connaissance de l’ensemble des sections, sous-sections et articles applicables selon votre projet et sa situation. Regardons plus en détail :

Section 9.4 « Exigences structurales selon le type sol et le niveau de l’eau »

Les articles suivants détailleront la mise en oeuvre selon les situations par rapport à votre choix de site : TERRAIN
9.4.4.1. Pression admissible
9.4.4.3. Nappe phréatique élevée
9.4.4.4. Mouvements de terrain
9.4.4.6. Murs dans un sol drainé

Sachez que l’article 9.4.4.3 précise particulièrement que, si la nappe phréatique est élevée, il faut réduire la capacité admissible du sol de 50 %.

Section 9.13 « Protection contre l’humidité, l’eau et l’infiltration des gaz souterrains »

Avant l’élaboration des systèmes performants contre l’humidité et les infiltrations d’eau et des gaz souterrains dans votre projet, il est prudent de valider si vous êtes en zone protégée et inondable à l’aide de la carte du Gouvernement du Québec en allant sur le lien suivant :
https://www.cehq.gouv.qc.ca/zones-inond/rapports-carto.htm

De plus, les cartes et les identifications par la municipalité vous donneront aussi des précisions sur la nature des sols, leur stabilité, etc.

Extrait 9.13.3.6. « Imperméabilisation des planchers »

Le plancher sur sol d’un sous-sol, qui doit être imperméabilisé, doit comporter une membrane d’étanchéité comprise entre 2 couches de béton d’une épaisseur d’au moins 75 mm chacune; la membrane du plancher doit être raccordée à celle du mur de manière à former un cuvelage parfaitement étanche.

Extrait 9.14.2.1. « Drainage des fondations »

Sauf s’il peut être démontré que cela n’est pas nécessaire, le pied des murs de fondation extérieurs doit être drainé au moyen de tuyaux ou de drains posés à l’extérieur des fondations conformément à la sous-section 9.14.3. ou d’une couche de gravier ou de pierre concassée conformément à la sous-section 9.14.4. (voir la note A-5.8.1.2. 1).

La section 9.16 « Plancher sur sol »

précise et détaille la mise en oeuvre notamment dans les articles 9.16.31 et 9.16.3.2.

Extrait 9.16.3.1. « Infiltration d’eau »

1. Sous réserve de l’article 9.16.3.2., il faut empêcher l’infiltration d’eau sous un plancher sur sol en aménageant le terrain en pente ou par un système de drainage, à moins qu’il puisse être démontré que ces mesures ne sont pas nécessaires.

Extrait 9.16.3.2. « Pression hydrostatique »

1. Si le niveau de la nappe souterraine est susceptible de créer une pression hydrostatique sous un plancher sur sol, celui-ci doit être : a) formé d’une
dalle de béton coulé; et b) conçu pour résister à ces pressions.

Étanchéité

L’étanchéité des fondations peut être faite de façon conventionnelle par l’extérieur, si les murs de fondation sont accessibles après la mise en place du béton. Les produits d’étanchéité sont installés directement sur les murs de fondation. Ces procédés sont utilisés dans la plupart des constructions de type résidentiel, commercial, industriel et institutionnel. L’imperméabilisation des fondations se fait soit avec le bitume, les membranes d’étanchéité liquides, autocollantes ou thermosoudées. L’ajout de membrane drainante par-dessus la membrane d’étanchéité est une option souvent privilégiée afin d’atteindre des performances de drainage supérieures.

Ocre ferreux

L’intervention d’un laboratoire certifié est recommandée pour détecter la possibilité de dépôt d’ocre ferreux et d’en connaître le potentiel de risque de développement d’après l’analyse du sol et de l’eau. Par la suite, ces recommandations guideront le concepteur dans le type de système de drainage et les mesures à mettre en place.

En conclusion, qu’il s’agisse d’un petit bâtiment ou d’un projet de plus grande envergure, votre assurance pour un projet de qualité et conforme est de mandater des professionnels afin de connaître le type de sol, le niveau de la nappe phréatique ainsi que le risque de développement de l’ocre ferreux à la suite d’une analyse en laboratoire.

La présente chronique est un résumé d’une fiche technique portant sur le même sujet. Nous vous invitons à prendre connaissance de la version intégrale sur notre site Internet : acq.org/fiches-techniques.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour toujours être informé sur les actualités de la construction